En ce moment
 

Assurée du soutien de la BCE, la Bourse de Paris prend un peu de hauteur

Assurée du soutien de la BCE, la Bourse de Paris prend un peu de hauteur
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris a terminé en légère hausse mercredi (+0,25%), soutenue par l'engagement du président de la BCE de soutenir l'économie européenne en dépit des risques.

L'indice CAC 40 a pris 13,46 points à 5.449,88 points. La veille, il avait fini à l'équilibre (-0,08%).

"Le président de la Banque centrale européenne s'est montré très accommodant en rappelant que l'institution avait tous les instruments à sa disposition" pour soutenir l'économie de la zone euro, a observé auprès de l'AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

"Ces propos ont fait baisser l'euro ainsi que les taux d'emprunt européens et ont permis aux indices de rester dans le vert", a-t-il poursuivi.

"Mais sur les actions, il n'y a pas eu non plus de coup d'accélération car son constat de la situation économique reste terne, qui plus est au lendemain des révisions à la baisse du FMI", a-t-il noté.

Mario Draghi a de nouveau évoqué mercredi les "risques" susceptibles de dégrader la conjoncture économique en zone euro, alors que les indicateurs actuels "restent faibles".

Confirmant le ralentissement en cours de l'activité, le Fonds monétaire international avait révisé à la baisse mardi sa prévision de croissance mondiale à 3,3% pour cette année, après les 3,6% réalisés en 2018.

Le président de la BCE a toutefois affirmé que "la probabilité d'une récession (restait) faible", tout en assurant disposer des outils nécessaires pour aider, si nécessaire, l'économie européenne.

Le Brexit et les négociations commerciales sont en outre, comme chaque jour, restée en toile de fond, sans toutefois générer d'agitation particulière.

Sur le front commercial, depuis les récentes déclarations apaisantes de la Chine et des États-Unis, un autre foyer de tensions entre Washington et Bruxelles a pris le relais depuis que le président américain a menacé mardi l'UE de nouvelles taxes si elle ne mettait pas fin aux subventions à Airbus.

Unibail-Rodamco-Westfiel a terminé en tête de l'indice CAC 40 (+3,62% à 153,25 euros), bénéficiant de l'annonce de la cession de la Tour Majunga à La Défense (banlieue ouest de Paris) pour 850 millions d'euros à un consortium d'investisseurs.

TF1 a bondi de 3,70% à 8,55 euros, la chaîne de télévision ayant annoncé qu'elle diffuserait l'intégralité des 48 matches de la Coupe du Monde 2019 de rugby.

Carmat a souffert (-1,32% à 22,40 euros) du report sine die de la reprise de l'essai clinique de ses prothèses cardiaques intégrales.

Airbus a perdu du terrain (-1,69% à 116,50 euros) alors que le Français Guillaume Faury prend les rênes du groupe, succédant à l'Allemand Tom Enders, à l'occasion de l'assemblée générale à Amsterdam.

EDF s'est arrogé 3,69% à 12,36 euros, profitant de la montée des prix sur les marchés carbone qui renforce l'attrait pour les énergies non fossiles, comme le nucléaire.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires