En ce moment
 
 

La Bourse de Paris garde la tête froide (-0,04%) après l'annonce d'un accord sur le Brexit

La Bourse de Paris garde la tête froide (-0,04%) après l'annonce d'un accord sur le Brexit
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

La Bourse de Paris prenait le temps de digérer (-0,04%) jeudi à mi-séance l'annonce d'un accord trouvé in extremis entre Londres et Bruxelles sur le Brexit, mais dont l'approbation semblait déjà compromise.

A 14H05 (12H05 GMT), l'indice CAC 40 cédait 2,18 points à 5.694,72 points, après être monté jusqu'à 5.737,15 points, un nouveau sommet en séance depuis le 12 décembre 2007. La veille, il avait fini sans direction (-0,09%).

"Des informations selon lesquelles un accord de Brexit a été atteint ont fait bondir les actions" et "galvanisé l'humeur des marchés en Europe", a indiqué dans une note David Madden, un analyste de CMC Markets. "Que l'accord soit approuvé à Westminster est une autre histoire."

De fait, si la nouvelle d'un accord a entraîné une vague d'enthousiasme sur les marchés immédiatement après son annonce, cette dernière n'a pas duré.

Un accord sur le Brexit a été annoncé jeudi par Londres et Bruxelles, juste avant un sommet européen, mais son adoption au Royaume-Uni semble déjà compromise après le rejet de l'opposition et des unionistes nord-irlandais.

Ainsi, le chef de la diplomatie irlandaise a salué jeudi un "grand pas en avant" dans l'annonce d'un accord de Brexit, mais a appelé à la "prudence", l'accord devant encore être approuvé notamment par le Parlement britannique où son sort est incertain.

- Iliad plébiscité -

En matière d'indicateurs, le ministère allemand de l’Économie a revu jeudi à la baisse sa prévision de croissance pour l'an prochain, mais estime que le pays n'est pas pour autant menacé d'une "crise".

Le marché doit aussi prendre connaissance outre-Atlantique de l'indice d'activité manufacturière de la région de Philadelphie, des mises en chantier de logements pour septembre et des chiffres de la production industrielle pour le mois d'août.

Étant donné l'actualité autour du Brexit, les publications d'entreprises, qui commencent à s'étoffer en Europe, semblaient passer au second plan.

Pernod Ricard perdait 3,87% à 160,15 euros. Le numéro deux mondial des spiritueux a vu son chiffre d'affaires croître de 4% au premier trimestre 2019/2020, à 2,48 milliards d'euros.

Faurecia plongeait de 4,72% à 42,83 euros, pénalisé par un chiffre d'affaires en dessous des attentes au troisième trimestre, même si le groupe a confirmé ses objectifs annuels. Dans son sillage, Valeo se repliait de 1,08% à 31,99 euros, Plastic Omnium de 1,33% à 23,68 euros et Michelin de 0,66% à 104,75 euros.

Iliad profitait en revanche (+4,83% à 92,52 euros) d'un relèvement de sa recommandation à "sur-performance" contre "neutre" auparavant par JPMorgan.

Rexel s'appréciait de 2,40% à 11,09 euros malgré la confirmation de ses objectifs financiers annuels après des ventes en hausse de 3,3% au troisième trimestre, à 3,42 milliards d'euros.

Publicis perdait 1,51% à 37,06-0,04% euros. Standard and Poor's a abaissé mercredi la note de long terme du groupe, une semaine après que Publicis a revu à la baisse ses ambitions pour 2019 et 2020.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires