En ce moment
 

La Bourse de Paris repasse sous les 5.400 points avant des chiffres d'emploi aux Etats-Unis

La Bourse de Paris repasse sous les 5.400 points avant des chiffres d'emploi aux Etats-Unis
La Bourse de Paris évolue en léger reculERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris évoluait en léger recul vendredi (-0,27%) et repassait au-dessous des 5.400 points, au lendemain d'une journée difficile et dans l'attente du rapport très suivi sur l'emploi aux États-Unis en septembre.

À 09H40 (07H40 GMT), l'indice CAC 40 perdait 14,70 points à 5.396,15 points. La veille, il avait fini en nette baisse de 1,47%.

Les investisseurs ont "bien évidemment les yeux braqués sur les chiffres de l'emploi américain de septembre mais surtout la croissance des salaires", en particulier après le "+coup de chaleur+ sur les rendements américains", ont noté les experts de Mirabaud Securities Genève.

Les derniers indicateurs américains, et notamment les chiffres de l'emploi dans le secteur privé en plus forte hausse que prévu, ont entraîné une nette tension mercredi du taux d'emprunt à 10 ans des États-Unis qui a atteint son plus haut niveau depuis 2011. Le mouvement a perduré jeudi, avec de nouvelles statistiques plus fortes qu'attendu et a clairement pesé sur les marchés actions.

"Le traditionnel rendez-vous de l'emploi américain" est au cœur de l'attention aujourd'hui, a également estimé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique de Saxo Banque.

"Même si le taux de participation reste dramatiquement bas par rapport à avant 2007, le taux de chômage est attendu en baisse à 3,8%", a-t-il ajouté. "Ainsi, il est difficile de contester que l'économie américaine soit en plein-emploi, ce qui constitue finalement un feu vert essentiel pour que la banque centrale (américaine) augmente ses taux en décembre".

Du côté des indicateurs, outre les chiffres d'emploi, sont également attendus aux États-Unis la balance commerciale et le crédit à la consommation en septembre.

Avant l'ouverture des places européennes, l'Allemagne a publié des commandes industrielles marquées par un net rebond en août.

- Eutelsat recherché -

Sur le terrain des valeurs, les titres technologiques souffraient dans le sillage de leurs homologues américains la veille. STMicroelectronics perdait 1,41% à 15,76 euros et Soitec 2,02% à 60,60 euros.

Les banques étaient mal orientées après avoir bénéficié du redressement des taux d'emprunt. Crédit Agricole refluait de 0,54% à 12,60 euros, Société Générale de 0,16% à 36,94 euros et BNP Paribas de 0,23% à 52,18 euros.

Les compagnies minières évoluaient également dans le rouge, ArcelorMittal reculant de 2,85% à 26,09 euros et Eramet de 4,19% à 84,70 euros.

Eutelsat prenait à l'inverse la tête de l'indice SBF 120 (+2,86% à 21,99 euros) grâce à un relèvement de sa recommandation à "acheter" par Goldman Sachs.

SES profitait également (+1,27% à 19,93 euros) de la remontée de la sienne à "neutre" par la banque américaine.

LDC baissait de 1,75% à 112 euros, pénalisé par une croissance organique plus faible que prévu, malgré des ventes en progression de 4,9% au premier semestre de son exercice décalé 2018-2019.

Capgemini évoluait à l'équilibre (-0,09%) à 113,25 euros alors que le géant informatique va prendre une participation de 20% dans Azqore, filiale du groupe bancaire Crédit Agricole dédiée aux services informatiques en gestion de fortune.

Vicat reculait de 0,68% à 51,15 euros. Le cimentier acquiert une part de 65% du brésilien Ciplan, via la souscription à une augmentation de capital réservée de 290 millions d'euros.

  1. Euronext CAC 40

Vos commentaires