En ce moment
 

La Bourse de Paris en baisse face aux multiples incertitudes commerciales

La Bourse de Paris en baisse face aux multiples incertitudes commerciales
La Bourse de Paris a ouvert en baisse vendrediERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris évoluait en baisse vendredi (-0,64%), les investisseurs restant prudents face aux multiples incertitudes commerciales venant des Etats-Unis qui pourraient notamment décider d'imposer une nouvelle salve de taxes douanières à la Chine.

A 09H20 (07H20) GMT, l'indice CAC 40 perdait 35,07 points à 5.442,99 points. La veille, il avait fini en baisse de 0,42%.

Le conflit entre la Chine et les Etats-Unis fait son retour au premier plan, à l'heure où les négociations commerciales entre les deux géants semblent à nouveau au point mort.

Selon l'agence Bloomberg, le président américain Donald Trump aurait l'intention de relancer l'escalade des taxes en imposant de nouvelles sanctions à la Chine.

Pas moins de 200 milliards de dollars de produits chinois pourraient ainsi être taxés et ce dès la semaine prochaine.

"Cette information a pesé sur le marché alors que la récente reprise des négociations entre les deux pays avait fait espérer une sortie de crise dans les prochaines semaines", soulignent les analystes du courtier Aurel BGC.

Jeudi, Donald Trump s'en est également pris à l'Union européenne, jugeant "pas suffisante" leur offre d'abandonner les tarifs douaniers sur les importations automobiles américaines.

"Nous n'avons pas eu à attendre longtemps pour avoir une réponse de Donald Trump qui a rejeté la proposition. Les investisseurs restent prudents sur toute perspective d'accord prochain, un choix sage vu le rejet de Trump", estime Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Les négociations entre les Etats-Unis et le Canada sur le traité de libre-échange nord-américain (Aléna) sont également sur les radars des investisseurs.

Jeudi soir, aucun accord n'avait encore été trouvé alors que Donald Trump a fixé vendredi comme date butoir.

Les négociations vont se poursuivre pour tenter d'obtenir un terrain d'entente, quelques jours après celui trouvé entre Washington et Mexico sur la modernisation de l'Aléna.

Mais c'est du côté de l'Italie que de mauvaises nouvelles pourraient arriver dans la journée.

L'agence de notation Fitch devrait actualiser la note de l'Italie, un pays qui dont la politique économique et budgétaire du nouveau gouvernement anti-système italien suscite des inquiétudes.

"Les marchés anticipent déjà le scénario d'une dégradation (de la note) vu que les taux italiens sont à leur plus haut depuis quatre ans", indique Michael Hewson.

- Air France toujours dans le rouge -

Du côté des indicateurs, l'inflation en France est stable en août sur un an, à 2,3%, selon une première estimation de l'Insee.

Les investisseurs scruteront aussi le chômage ainsi qu'une première estimation de l'inflation dans la zone euro en juillet.

Aux Etats-Unis, ils attendront dans l'après-midi le moral des ménages pour août ainsi que l'activité économique dans la région de Chicago.

Sur le front des valeurs, Gemalto profitait à peine de ses bons résultats enregistrés au premier semestre, en progressant de 0,16% à 49,60 euros.

Stef cédait 0,79% à 100,40 euros, malgré un bénéfice net en hausse de 7,7% au premier semestre.

Air France-KLM qui avait déjà dégringolé de 7% jeudi, lâchait 2,43% à 8,36 euros, après l'abaissement de sa recommandation à "conserver" par Kepler Cheuvreux. Le groupe est pénalisé par les promesses de durcissement du conflit de son intersyndicale.

Edenred était plombé par un changement de recommandation de Berenberg de "conserver" à "vendre" et perdait 3,27% à 33,44 euros.

Les valeurs du luxe étaient dans le rouge, Kering perdait 0,91% à 478 euros, Hermes lâchait 0,70% à 567,40 euros et LVMH cédait 0,97% à 307,10 euros.

  1. Euronext Cac 40

Vos commentaires