En ce moment
 

La Bourse de Paris recule, prudente face au budget italien

La Bourse de Paris recule, prudente face au budget italien
La Bourse de Paris recule, prudente face au budget italienERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris était mal orientée vendredi peu après l'ouverture (-0,43%), les investisseurs accueillant avec prudence la perspective d'un déficit italien accru.

A 09H17 (07H17 GMT), l'indice CAC 40 perdait 24,02 points à 5.516,39 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,50% à 5.540,41 points.

La hausse des cours du pétrole "et les problèmes politiques italiens garantissent une fin de semaine animée", a estimé Jasper Lawler, un analyste de London Capital Group.

"Les investisseurs sont nerveux en raison de l'accord du gouvernement italien qui prévoit d'augmenter nettement les dépenses publiques", a-t-il précisé.

La coalition populiste au pouvoir en Italie s'est mise d'accord jeudi soir sur un déficit à 2,4% du PIB pour les trois prochaines années, ce qui augure de nouvelles tensions avec la Commission européenne et sur les marchés financiers.

"Cette décision des Italiens pourrait être censurée par Bruxelles, qui souhaitait que le budget prévoit un déficit inférieur à 2% du PIB", a commenté de son côté Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Outre la situation italienne, "la séance de ce vendredi sera marquée par une myriade d'indicateurs mais aucune annonce vraiment de premier plan", a indiqué Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

- Les banques dans le rouge -

Les investisseurs s'intéresseront notamment à la première estimation de l'inflation en zone euro en septembre.

En France, Les prix à la consommation ont légèrement ralenti sur un an, passant à +2,2% en septembre (contre +2,3% en août), en raison notamment du recul des produits manufacturés.

Les dépenses de consommation des ménages français en biens ont augmenté de 0,8% en août, après avoir été stables le mois précédent.

En Allemagne, l'Agence pour l'emploi publiera les chiffres du chômage de septembre.

Dans l'après-midi, les opérateurs découvriront la deuxième estimation de la confiance des consommateurs (Université du Michigan), les dépenses et revenus des individus aux Etats-Unis en août ainsi que l'indice d'activité dans la région de Chicago.

En matière de valeurs, le secteur bancaire était mal orienté. Société Générale perdait 1,81% à à 37,35 euros, BNP Paribas 1,30% à 53,76 euros et Crédit Agricole 1,34% à 12,77 euros.

Air France-KLM baissait de 0,74% à 8,62 euros dans la foulée de l'annonce du départ du directeur général de la compagnie Air France Franck Terner, qui sera remplacé par le nouveau patron d'Air France-KLM, Benjamin Smith, jusqu'au 31 décembre, "au plus tard".

Korian bénéficiait (+1,08% à 31,80 euros) d'un relèvement de sa recommandation à "ajouter" contre "réduire" auparavant par AlphaValue.

Akwel (ex-MGI Coutier) se repliait de 2,36% à 19,82 euros, affecté par un bénéfice net en baisse de 5,8% à 45,7 millions d'euros au premier semestre, en raison notamment de la hausse des matières premières.

Carmat montait de 0,75% à 26,80 euros, soutenu par l'annonce que la société disposait d'une trésorerie de 44 millions d'euros au 30 juin, un niveau suffisant selon elle jusqu'à l'autorisation de commercialiser son coeur artificiel en Europe, toujours prévue dans le courant de l'année prochaine.

  1. Euronext CAC 40

Vos commentaires