La Bourse de Paris optimiste avant les discussions Etats-Unis/Canada

La Bourse de Paris optimiste avant les discussions Etats-Unis/Canada
La Bourse de Paris a commencé la séance de mercredi en hausseERIC PIERMONT
paris

La Bourse de Paris progressait légèrement mercredi en début de matinée (+0,21%), influencée par Wall Street, les investisseurs restant optimistes avant les discussions commerciales entre les Etats-Unis et le Canada.

A 09H20, l'indice CAC 40 prenait 11,47 points à 5.496,46 points. La veille, il avait fini en petite hausse de 0,11%.

"La séance du jour ne devrait pas être fondamentalement différente des précédentes en Europe", ont indiqué les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Cette ouverture dans le vert s'inscrit "dans le sillage des nouveaux records historiques pour le Nasdaq et le S&P 500", ont commenté pour leur part les experts de Mirabaud Securities Genève.

Les indices américains ont atteint des sommets mardi, profitant de l'apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et le Mexique. Les négociations commerciales entre les Etats-Unis et le Canada doivent entrer mercredi dans le vif du sujet pour sauvegarder un accord de libre-échange nord-américain (Aléna) à trois partenaires.

"Les investisseurs seront attentifs aux commentaires de la ministre canadienne des Affaires étrangères", ont souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

Outre la géopolitique, les opérateurs se concentreront sur la macroéconomie, de nombreuses statistiques figurant à l'agenda.

La croissance économique a bel et bien plafonné à 0,2% en France au deuxième trimestre, en raison notamment d'une légère baisse de la consommation, selon une deuxième estimation de l'Insee.

Les dépenses de consommation des ménages français en biens sont restées quasiment stables en juillet tandis que le moral des consommateurs allemands devrait très légèrement reculer en septembre.

Dans l'après-midi, les investisseurs se pencheront sur une série de statistiques américaines, dont la deuxième estimation de la croissance du PIB aux Etats-Unis pour le deuxième trimestre, les promesses des ventes de logements en juillet et le niveau hebdomadaire des stocks de pétrole.

En matière de valeurs, Pernod Ricard reculait de 1,48% à 136,40 euros, malgré une progression de 13% de son bénéfice net lors de son exercice décalé 2017-18.

Recylex chutait de 9,30% à 7,80 euros, pénalisé par l'annonce qu'il ne tiendrait pas ses objectifs financiers pour 2018, en raison notamment d'un ralentissement plus important que prévu de sa production de plomb, lié à des difficultés techniques.

Vos commentaires