En ce moment
 
 

La Bourse de Paris reste sur ses gardes avant la BCE

La Bourse de Paris reste sur ses gardes avant la BCE
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de ParisERIC PIERMONT
 

A découvrir

 

La Bourse de Paris évoluait en baisse de 0,25% jeudi, restant prudente avant la publication de l'inflation américaine et la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) à la mi-journée.

A 10H30, l'indice CAC 40 perdait 16,33 points à 6.547,56 points. La veille il avait fini en petite hausse de 0,19%, sur la même tendance que les premières séances de la semaine et toujours sur des niveaux plus vus depuis septembre 2000.

Les investisseurs devraient rester prudents dans la matinée avant de prendre connaissance de l'indice des prix à la consommation pour mai aux Etats-Unis et du taux directeur fixé par la Banque centrale européenne (BCE) à l'issue de sa réunion de politique monétaire.

Un resserrement de la politique monétaire signifierait la fin de l'abondance des liquidités sur les marchés financiers, récemment poussés vers des niveaux record. Mais cette perspective devrait être repoussée à plus tard, selon les analystes.

"Aucune décision n'est attendue" de la part de la BCE qui devrait opter pour le statu quo, selon John Plassard, responsable de l'investissement chez Mirabaud, mais il "est bien évidemment les nouvelles projections économiques (chômage et inflation) qui pourraient venir perturber les investisseurs".

S'ajoutent à l'agenda du jour les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis.

En France, l'emploi salarié privé a progressé de 0,5% au 1er trimestre, soit 88.800 créations nettes d'emplois et la production industrielle s'est repliée de 0,1% au mois d'avril par rapport à mars, et reste à 5,5% en deçà de son niveau d'avant-crise.

Believe trébuche

La pépite française Believe, qui aide les musiciens à s'imposer sur les marchés du streaming, plongeait de 13,23% à 16,92 euros, lors de ses premiers pas à la Bourse de Paris.

Stellantis mis en examen

Après Renault (-1,18% à 34,21 euros) et Volkswagen, Peugeot a également été mis en examen en France dans l'enquête sur la fraude aux contrôles antipollution des anciennes générations de moteurs diesel, a annoncé mercredi soir Stellantis (-2,87% à 16,73 euros), maison mère du constructeur français.

Alstom laisse dubitatif

Un consortium mené par Alstom (-0,31% à 45,48 euros) a remporté un contrat d'environ 1,3 milliard d'euros, dont "près d'un milliard" pour le constructeur ferroviaire français, afin de fournir le matériel roulant et la signalisation du "Tren Maya", une nouvelle liaison ferroviaire au sud-est du Mexique.

Crédit Agricole rachète ses actions

Le groupe bancaire va lancer à partir de jeudi un programme de rachat d'actions pour un montant maximum de 558,6 millions d'euros. L'action Crédit Agricole prenait 0,91% à 12,21 euros.

  1. Euronext CAC40



 

Vos commentaires