En ce moment
 
 

La Bourse de Paris en petite hausse

La Bourse de Paris en petite hausse
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris évoluait en petite hausse (+0,12%) jeudi matin, restant sur ses gardes en dépit des promesses commerciales de Donald Trump, à l'affût des derniers développements politiques aux États-Unis et au Royaume-Uni.

A 09H18 (07H18 GMT), l'indice CAC 40 prenait 6,79 points à 5.590,59 points. La veille, il avait fini en baisse de 0,79%.

"Les marchés restent ballotés par des vents contraires et sont confrontés à une infinité de scenarii politiques, tous plus incertains les uns que les autres, aussi bien aux États-Unis qu'en Europe", a observé Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

Les indices américains ont certes bénéficié de propos encourageants affirmant qu'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine pourrait être trouvé plus tôt que prévu, "mais la capacité de ce type de déclarations à générer un rebond durable commence à s'estomper", a également souligné Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Les marchés "les ont entendus souvent, pour être finalement déçus", a-t-il ajouté.

La politique restera donc au coeur de la séance, avec des investisseurs à l'affût des développements dans la procédure de destitution, après que Donald Trump a contesté mercredi toute irrégularité dans la foulée de la publication du contenu d'un échange dans lequel il demande à son homologue ukrainien d'enquêter sur son rival Joe Biden.

Au Royaume-Uni, Boris Johnson a mis au défi mercredi l'opposition de voter une motion de défiance, réaffirmant sa volonté de parvenir à un Brexit fin octobre, devant les députés britanniques réunis dans une ambiance surchauffée.

Casino reculait de 1,42% à 45,66 euros alors que Rallye, la maison mère du groupe sous procédure de sauvegarde depuis fin mai en raison de ses grandes difficultés financières, a annoncé vouloir prolonger de six mois la période d'observation dédiée à l'établissement d'un plan de sauvegarde de l'entreprise.

Bourbon grignotait 0,25% à 4 euros. Le groupe de services maritimes pour l'industrie pétrolière, en redressement judiciaire, a annoncé avoir reçu une offre de financement de la part de la Deutsche Bank, au moment où l'activité profite d'une timide reprise.

Guerbet était pénalisé (-6,86% à 45,50 euros) par un bénéfice net en baisse au premier semestre, lesté par des dépenses importantes pour sa croissance organique.

Neoen montait pour sa part (+0,40% à 24,80 euros) à la faveur d'un bénéfice net en progression de 131% au premier semestre 2019 pour atteindre 16,7 millions d'euros notamment grâce au fort dynamisme de l'énergie solaire.

Trigano plongeait de 16,55% à 76,15 euros, lesté par des ventes en repli au quatrième trimestre et inférieures aux attentes.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires