La Bourse de Paris, bien inspirée par la Fed (+0,46%)

La Bourse de Paris, bien inspirée par la Fed (+0,46%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT
paris

La Bourse de Paris continuait de progresser jeudi (+0,46%), les investisseurs semblant apprécier le changement de ton de la Réserve fédérale américaine (Fed).

A 10H05, l'indice CAC 40 grimpait de 22,69 points à 4.997,45 points. La veille, l'indice parisien avait terminé en hausse de 0,95%.

La Banque centrale américaine (Fed) a laissé les taux d'intérêt inchangés mercredi et promis explicitement qu'elle serait "patiente" pour de futures hausses de taux en raison du ralentissement de l'économie mondiale et en l'absence d'une accélération de l'inflation.

"Les marchés actions montent grâce à la Fed mais cela devrait être temporaire étant donné le risque lié aux négociations sino-américaines cette semaine et la contraction de l'activité manufacturière en Chine", estime Neil Wilson, analyste pour markets.com.

"Les investisseurs vont se tourner maintenant vers les négociations entre la Chine et les Etats-Unis pour obtenir des indices sur la direction future à prendre", souligne Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group.

Les Etats-Unis et la Chine ont repris mercredi leurs délicates négociations commerciales à la Maison Blanche dans un climat de tension extrême alimentée par la série d'inculpations visant le géant des télécoms chinois Huawei et l'un des ses dirigeants

Jerome Powell a souligné que l'incertitude liée à ces négociations commerciales ainsi que la possibilité d'un second "shutdown" à partir du 15 février pourraient avoir un impact économique durable essentiellement en raison de la perte de confiance qu'elles risqueraient de susciter.

Quant au Brexit, le président de la Banque centrale américaine a estimé mercredi que les Etats-Unis pourraient subir "les effets" d'une sortie désordonnée du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Bruxelles a refusé mercredi de rouvrir les négociations sur l'accord du Brexit de la Première ministre britannique Theresa May, et s'est alarmé des risques d'un "retrait désordonné" à deux mois de l'échéance du divorce.

En Asie, l'activité manufacturière en Chine, mesurée par l'indice des directeurs d'achats (PMI) s'est inscrite en janvier à 49,5, contre 49,4 en décembre et 50,0 en novembre, un chiffre inférieur à 50 témoignant d'une d'une contraction.

Au Japon, la production industrielle s'est repliée de 0,1% en décembre sur un mois, après une baisse de 1% en novembre, la septième contraction en neuf mois.

En zone euro, les investisseurs attendent la première estimation de la croissance au 4e trimestre et les chiffres du chômage en décembre.

Aux Etats-Unis, ils prendront connaissance des dépenses et revenus des ménages.

En Italie, le président du Conseil Giuseppe Conte a déclaré mercredi que l'économie italienne avait probablement connu une nouvelle contraction au quatrième trimestre 2018, ce qui pourrait signifier une plongée de son pays dans la récession.

- Latécoère bondit -

Côté valeurs, Total (+2,24% à 48,08 euros) profitait de la hausse des cours du pétrole tandis que TechnipFMC avançait de 3,18% à 20,75 euros, après avoir remporté un très gros contrat au Texas.

L'action Marie Brizard s'envolait de 9,34% à 2,64 euros, le plan de sauvetage du groupe étant bien parti pour être accepté lors de l'assemblée générale des actionnaires jeudi, après l'accord d'actionnaires minoritaires.

Le titre Latécoère progressait de 7,11% à 3,17 euros, le groupe s'étant dit prêt mercredi à engager des "évolutions stratégiques" après une année 2018 qui a vu son activité progresser à la faveur de son plan de redressement.

Le titre Fleury Michon déclinait de 0,89% à 44,30 euros malgré un chiffre d'affaires annuel de 725,4 millions d'euros en 2018, en hausse de 1,2% par rapport à 2017.

L'action Atos grapillait 0,17% à 80,76 euros alors que le groupe va se délester d'une partie du capital de sa filiale de paiements électroniques Worldline, une "nouvelle positive" pour Bryan Garnier qui fait une recommandation à l'"achat"sur le titre.

Le titre Manitou bondissait de 12,55% à 27,35 euros après un chiffre d'affaires en hausse de 18% à 1,9 milliard d'euros et une nouvelle progression de 10% prévue cette année.

L'action du groupe Crit reculait de 0,58% à 51,50 euros après un chiffre d'affaires 2018 proche du niveau de l'an dernier, à 2,498 milliards d'euros.

Le titre TF1 gagnait 0,63% à 7,18 euros après l'annonce de négociations exclusives avec un entrepreneur indépendant pour lui céder son activité de télé-achat.

Vos commentaires