En ce moment
 
 

La Bourse de Paris opte pour l'attentisme

La Bourse de Paris opte pour l'attentisme
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

La Bourse de Paris hésitait sur la marche à suivre (+0,07%) vendredi matin, alors que les investisseurs devaient analyser une nouvelle salve de résultats d'entreprises tout en gardant un oeil sur les derniers développements du Brexit.

A 09H51, l'indice CAC 40 grappillait 4,19 points à 5.688,52 points. La veille, il avait fini en hausse de 0,55%.

"Les nombreuses publications de chiffres d'affaires et/ou résultats hier soir et ce matin promettent encore des réactions plus ou moins violentes sur les titres concernés", a analysé dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

"Mais les investisseurs vont aussi devoir se concentrer sur le Brexit", puisque "les ambassadeurs de l'UE se réunissent ce vendredi pour décider d'un report" même si "la réponse de Bruxelles ne devrait pas être communiquée avant lundi", a-t-il complété.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a été contraint de demander aux Européens de repousser le Brexit de trois mois, a appelé jeudi à la tenue d'élections législatives anticipées le 12 décembre en vue de sortir le Brexit de l'impasse, un scrutin qui doit encore recevoir le soutien de l'opposition travailliste.

"Un report de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne n'est pas une solution pratique à long terme, mais les investisseurs devraient rester optimistes dans la mesure où la possibilité d'un Brexit sans accord semble s'être considérablement réduite", a souligné pour sa part David Madden, un analyste de CMC Markets.

En matière commerciale, le vice-président américain Mike Pence "a critiqué la gestion par Pékin de la situation à Hong Kong, mais il a aussi précisé que si la Chine mettait fin à sa politique commerciale +inéquitable+, les Etats-Unis seront prêts à une nouvelle relation commerciale", a-t-il ajouté.

Du côté des indicateurs, le moral des consommateurs allemands devrait retomber légèrement en novembre, plombé par les craintes autour de la conjoncture allemande, selon le baromètre GfK.

Toujours en Allemagne, l'indice IFO du climat des affaires pour septembre est également attendu, tout comme, en France, les prix à la production du même mois.

Outre-Atlantique, la confiance des consommateurs de l'Université du Michigan pour octobre complètera l'agenda.

Du côté des valeurs, l'écart se creusait entre Kering, loin en tête du CAC 40 (+7,89% à 510,00 euros), après des ventes ayant frôlé les 4 milliards d'euros au troisième trimestre, et Capgemini (-5,05% à 101,55 euros), en queue d'indice, qui pâtissait d'objectifs de ventes annuelles moins ambitieux.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires