En ce moment
 

La Bourse de Paris passe les 5.500 points en attendant les conclusions de la Fed (+0,61%)

La Bourse de Paris passe les 5.500 points en attendant les conclusions de la Fed (+0,61%)
La Bourse de Paris progresse un peuERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris a fini en hausse (+0,61%) mercredi, repassant au-dessus des 5.500 points pour la première fois depuis fin août, l'optimisme étant de mise avant la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed).

L'indice CAC 40 a pris 33,63 points à 5.512,73 points, dans un volume d'échange moyen de 3,6 milliards d'euros. La veille, il avait fini à l'équilibre (+0,05%).

Après des premiers pas dans le vert mais hésitants, la cote parisienne a gagné en vigueur au fil de la séance.

"Les marchés européens sont dans l'attente de l'issue de la réunion de la banque centrale américaine", a résumé auprès de l'AFP Adrien Dumas, un gérant de Mandarine Gestion.

Au-delà d'une hausse des taux directeurs américains déjà largement anticipée, "la question pour les investisseurs est de savoir s'ils trouveront dans le compte-rendu de la Fed des éléments sur sa politique pour 2019 et sur d'éventuels nouveaux relèvements de ses taux", a-t-il complété.

La réunion du comité monétaire de la Fed devrait déboucher dans la soirée sur une troisième hausse de taux de l'année pour éviter la surchauffe d'une économie en pleine forme jusqu'ici, malgré la guerre commerciale.

"Le marché parisien a pour sa part bénéficié d'éléments spécifiques aujourd'hui" par rapport aux autres indices européens, a complété M. Dumas en évoquant "un budget français de la Défense en hausse, ce qui s'est avéré positif pour des valeurs comme Safran ou Airbus".

Avec 1,7 milliard d'euros supplémentaires, le ministère des Armées est l'un des grands gagnants du projet de budget présenté lundi, la hausse visant notamment à renouveler les équipements et à améliorer l'entretien du matériel.

"Des recommandations positives sur Bouygues et Air Liquide ont également aidé l'indice à s'installer dans le vert", a noté M. Dumas.

Mais, selon lui, "il y a encore pas mal de nuages qui pèsent sur la Bourse", avec de "nombreuses interrogations autour du discours toujours agressif de Donald Trump en matière commerciale, de la situation des pays émergents ou du Brexit". Et "tant que le marché n'aura pas plus de visibilité sur ces éléments", l'ampleur des mouvements restera limitée.

- Airbus en tête du CAC 40 -

Du côté des indicateurs économiques, la confiance des ménages français a de nouveau baissé en septembre, atteignant son plus bas niveau depuis avril 2016.

Aux États-Unis, les ventes de maisons neuves ont augmenté plus que prévu en août et les stocks de pétrole brut ont augmenté la semaine dernière tandis que l'extraction d'or noir dans le pays a grimpé à un nouveau sommet.

En matière de valeurs, les titres liés à la Défense ont été bien orientés. Airbus a pris la tête du CAC 40, gagnant 3,24% à 108,48 euros. Safran a avancé de 0,37% à 120,95 euros, Thales de 1,84% à 121,75 et Dassault Aviation de 1,73% à 1.584 euros.

Air Liquide a bénéficié (+2,27% à 112,40 euros) d'un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "neutre" précédemment par Kepler Cheuvreux.

De même, Bouygues a profité (+2,66% à 37,50 euros) d'un relèvement de sa recommandation à "surpondérer" contre "neutre" auparavant par JPMorgan.

Iliad a été pénalisé à l'inverse (-2,20% à 113,10 euros) par un abaissement de la sienne à "neutre" contre "surpondérer" précédemment, également par JPMorgan.

Sodexo a été lesté (-2,42% à 90,14 euros) par l'anticipation par Morgan Stanley d'effets de change négatifs plus forts que prévu pour le groupe. Dans son sillage, Elior a perdu 1,97% à 12,95 euros.

Neopost a progressé de 3,53% à 25,20 euros, soutenu par une hausse de son bénéfice net de 18,1% au premier semestre, malgré la confirmation d'une baisse de son chiffre d'affaires pour l'année 2018.

Guerbet a bondi de 9,19% à 61,80 euros, aidé par un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "neutre" précédemment par Oddo BHF, après la publication d'un bénéfice net et d'un excédent brut d'exploitation en recul au premier semestre.

  1. Euronext CAC 40

Vos commentaires