Privée de Wall Street et d'actualités, la Bourse de Paris ferme en petite hausse

Privée de Wall Street et d'actualités, la Bourse de Paris ferme en petite hausse
La Bourse de Paris finit lundi en petite hausseERIC PIERMONT
paris

La Bourse de Paris a fini en très légère hausse (+0,13%) lundi, la fermeture de Wall Street et un agenda dégarni privant les investisseurs d'éléments susceptibles d'alimenter une tendance plus marquée.

L'indice CAC 40 a grappillé 6,95 points à 5.413,80 points, dans un volume d'échanges faible de 2 milliards d'euros. Vendredi, il avait fini en nette baisse de 1,30%.

La cote parisienne est restée hésitante toute la séance, alors que la Bourse de New York était fermée pour un jour férié.

"C'est assez classique. Quand les places américaines sont fermées, il y a moins de choses en Europe aussi", a relevé auprès de l'AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

"Même s'il y a toujours une fragilité sur les devises émergentes, la cote parisienne est surtout dans une position d'attente", selon lui.

"L'indice parisien attend des catalyseurs depuis plusieurs semaines. Il n'a pas d'argument pour rejoindre ses plus hauts annuels mais il ne s'effondre pas non plus", a-t-il poursuivi.

"De fait, le marché est conscient que septembre est un mois avec beaucoup d'enjeux. Il y a évidement le budget italien, mais aussi les questions commerciales, avec notamment de nouvelles menaces de Donald Trump contre l'Europe et enfin le Brexit", a estimé l'expert.

Le président américain a en effet récemment fragilisé le compromis précaire trouvé avec Bruxelles en jugeant que l'offre européenne d'abandonner les tarifs douaniers sur les importations automobiles n'était "pas suffisante".

Les tensions sont restées aussi prégnantes avec le Canada, les discussions sur le traité de libre-échange nord-américain Aléna ayant buté vendredi sur l'intransigeance de Donald Trump, tandis que du côté chinois, le président américain souhaite mettre en œuvre une nouvelle salve de taxes douanières contre la Chine, qui pourrait intervenir dès jeudi à minuit.

- Secteur pétrolier dynamisé -

Du côté des indicateurs, l'indicateur indépendant Caixin a fait état d'un essoufflement de l'industrie manufacturière en Chine tandis qu'en France, la croissance du secteur manufacturier a accéléré en août, mais ces deux chiffres n'ont pas eu d'impact significatif.

En matière de valeurs, le secteur pétrolier a été dynamisé par la montée des cours du brut sur fond de sanctions contre l'Iran. Total a gagné 0,50% à 54,14 euros et Vallourec 0,63% à 4,96 euros.

Bolloré a perdu 6,40% à 3,86 euros, affecté par un bénéfice net en baisse de 71% à 97 millions d'euros au premier semestre, malgré des résultats opérationnels en hausse dans ses différentes branches.

Le secteur automobile a majoritairement fini en baisse. Renault a perdu 1,09% à 73,39 euros, Michelin 0,64% à 101,30 euros et Valeo 1,71% à 38,58 euros. Peugeot a fini pour sa part à l'équilibre à 23,70 euros.

Sanofi a progressé de 1,10% à 74,50 euros, dans la foulée de l'annonce de l'approbation pour le marché européen d'un nouveau traitement contre le purpura thrombotique thrombocytopénique acquis (PTT acquis), une maladie rare de la coagulation sanguine.

Axa a été soutenu (+1,72% à 22,12 euros) par un relèvement de sa recommandation par Deutsche Bank.

Casino a baissé de 3,08% à 26,47 euros, affaibli par l'annonce par S&P de l'abaissement de la note à "BB", assortie d'une perspective négative, après une chute de plus de 10% vendredi.

Vos commentaires