En ce moment
 
 

La Bourse de Paris repasse dans le rouge (-0,21%) à mi-séance

La Bourse de Paris repasse dans le rouge (-0,21%) à mi-séance
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

La Bourse de Paris s'affichait en petite baisse (-0,21%) jeudi à la mi-journée, restant sur la défensive avant l'ouverture du sommet du G20 vendredi, où Donald Trump et Xi Jinping doivent se rencontrer, focalisant l'attention du marché.

A 14H36 (12H36 GMT), l'indice CAC 40 cédait 11,79 points à 5.488,93 points, dans un volume d'échanges de 1,1 milliard d'euros. La veille, il avait fini en recul de 0,25%.

La cote parisienne a ouvert sur un léger rebond avant de basculer en territoire négatif un peu avant midi.

Wall Street s'apprêtait de son côté à connaître une ouverture mitigée. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average s'effritait de 0,03%, l'indice élargi S&P 500 gagnait 0,23% et le Nasdaq, à forte coloration technologique progressait de 0,39%.

"Investisseurs et analystes restent sceptiques quant à la probabilité d'un accord entre les deux pays et retiennent leur souffle dans l'attente de la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping à Osaka prévue samedi matin à 11H30 locales (04H30 à Paris)", a observé dans une note Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

"Seulement 15% (des investisseurs) voient les tensions diminuer après le sommet et 35% des chances que les Etats-Unis relèvent les droits de douane imposés à la Chine", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis menacent d'imposer des droits de douane punitifs sur toutes leurs importations de Chine, de quoi faire dérailler une croissance mondiale déjà ralentie, et affoler des marchés financiers déjà fébriles.

"L'économie de la Chine s'effondre, ils veulent un accord", a asséné Donald Trump, dans un entretien mercredi avec la chaîne Fox Business News.

"Nous refusons une tactique de harcèlement commercial faite de droits de douane appliqués de manière unilatérale", a dit jeudi le porte-parole du ministère chinois du Commerce Gao Feng.

En matière d'indicateurs, les indices de confiance des consommateurs et des entreprises en Italie ont enregistré une baisse en juin, après avoir progressé en mai.

En Allemagne, la hausse des prix à la consommation est remontée en juin à 1,6% sur un an, après 1,4% en mai.

De leur côté, les constructeurs automobiles ont revu à la baisse jeudi leurs prévisions pour le marché automobile européen en 2019, tablant désormais sur un recul de 1% par rapport à l'an dernier, alors qu'ils anticipaient jusqu'ici une légère croissance.

L'économie des Etats-Unis a de son côté confirmé sa croissance à un rythme soutenu au 1er trimestre (+3,1% en rythme annualisé) mais la consommation des Américains a été moins dynamique que précédemment estimée, selon les données du département du Commerce publiées jeudi.

Outre-Atlantique, les promesses de ventes de logements pour mai sont également attendues.

- Showroomprivé s'effondre -

Du côté des valeurs, Natixis était porté (+2,42% à 3,51 euros) par un relèvement de sa recommandation à "acheter" contre "neutre" auparavant par UBS.

L'agence d'évaluation et de recherche financières Morningstar a en outre révisé en baisse sa recommandation portant sur le fonds Allegro de la société britannique de gestion H2O AM, filiale de Natixis IM, dont elle avait suspendu la notation la semaine dernière en raison de craintes sur la liquidité de certains actifs.

Le reste du secteur bancaire reprenait également des couleurs à la faveur d'une remontée des taux d'emprunt, à l'instar de Société Générale (+1,88% à 22,18 euros), BNP Paribas (+1,20% à 41,66 euros) ou encore Crédit Agricole (+1,54% à 10,53 euros).

Aéroports de Paris était pénalisé à l'inverse (-2,01% à 151,50 euros) par une dégradation de sa recommandation à "réduire" contre "conserver" auparavant par HSBC.

Vivendi perdait 3,03% à 23,72 euros. L'ouverture du capital d'Universal Music Group, la filiale musicale de Vivendi, prévue pour cette année, pourrait être retardée courant 2020, selon le site d'information américain Digital Music News, qui évoque le risque de procès pour UMG à la suite de l'incendie des studios d'Universal en 2008.

Showroomprivé (SRP Groupe) plongeait de 31,90% à 1,43 euros. Le groupe de déstockage en ligne, qui tient son assemblée générale ce jeudi, a annoncé mercredi soir qu'il n'atteindrait pas "dès 2019" les objectifs de rentabilité qu'il s'était fixés, en raison d'une performance moindre que prévue au premier semestre.

La cotation du groupe français d'homéopathie Boiron était suspendue, à sa demande, après la fuite dans la presse de l'avis définitif de la Haute autorité de santé (HAS) sur l'efficacité des médicaments homéopathiques. La HAS a estimé que l'homéopathie ne devait plus être remboursée par la Sécurité sociale car son efficacité n'est pas prouvée.

Casino gagnait 3,17% à 30,93 euros après avoir dévoilé jeudi un "projet de simplification de la structure du groupe en Amérique Latine" qui vise à regrouper ses actifs régionaux et repose sur l'acquisition de 100% du distributeur colombien Exito par sa filiale brésilienne GPA.

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a par ailleurs mis en cause Casino pour des défauts dans sa communication financière, dans le cadre d'une enquête ouverte fin 2015 à la suite d'une note du fonds activiste Muddy Waters, selon les Echos jeudi.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires