En ce moment
 
 

La Bourse de Paris se maintient dans le vert, aidée par un rebond des banques (+0,49%)

La Bourse de Paris se maintient dans le vert, aidée par un rebond des banques (+0,49%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

La Bourse de Paris se maintenait dans le vert (+0,49%) jeudi à la mi-journée, aidée par le dynamisme des banques, sur un marché partiellement soulagé par les décisions de la Fed la veille.

A 13H41 (11H41 GMT), l'indice CAC 40 prenait 27,66 points à 5.648,31 points, dans un volume d'échanges. La veille, il avait fini à l'équilibre (+0,09%).

La cote parisienne a ouvert à l'équilibre avant de gagner du terrain notamment grâce au secteur bancaire qui profitait d'une remontée des taux d'emprunt sur le marché obligataire.

Wall Street se préparait de son côté à ouvrir en petite baisse. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average reculait de 0,23%, celui sur l'indice élargi S&P 500 de 0,24% et celui sur le Nasdaq, à forte coloration technologique de 0,40%.

"Les marchés européens sont en hausse même si la Réserve fédérale ne s'est pas montrée très accommodante hier soir. La Banque centrale a baissé ses taux de 0,25 point de pourcentage, conformément aux attentes", mais "les divisions parmi ses responsables montrent qu'il n'y a pas de direction claire sur son prochain geste", a souligné David Madden, un analyste de CMC Markets.

La Banque centrale américaine a annoncé mercredi une modeste baisse de ses taux directeurs, la deuxième en deux mois, mais le Comité monétaire est apparu très divisé sur la décision.

La décision d'abaisser les taux directeurs "était largement attendue", mais à la suite des "remous sur le marché monétaire depuis lundi, les opérateurs attendaient surtout des signaux confirmant que la Fed se tenait prête à agir de nouveau", a résumé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Concernant le stress du marché monétaire, le patron de l'institution a minimisé: "Bien que ces problèmes soient importants (...) elles n'ont aucune implication pour l'économie ou la politique monétaire", ni sur la capacité de la Fed "à contrôler ses taux".

- Les banques sur le podium -

Pour éviter une forte hausse des coûts d'emprunt à court terme pour les banques et les entreprises, la Fed de New York a injecté mercredi 75 milliards de dollars à travers son outil de prises de fonds en pension à un jour (repo). La veille, la Fed avait déjà mis 53 milliards de dollars, intervenant pour la première fois depuis la crise de 2008 sur les marchés monétaires.

Jeudi la tension refluait doucement et les taux d'emprunt sur le marché de la dette remontaient après avoir connu une nette détente, les investisseurs inquiets y cherchant refuge.

La Banque du Japon a conservé pour sa part jeudi sa politique monétaire déjà très accommodante.

Le bal des banques centrales s'est achevé avec celle d'Angleterre qui a opté, comme prévu pour le statu quo.

Du côté des indicateurs, aux États-Unis, la balance des comptes courants pour le 2e trimestre, l'indice d'activité manufacturière de la région de Philadelphie pour septembre et les reventes de logements pour août sont à l'agenda.

Sur l'indice CAC 40, les banques prenaient les trois premières places. Société Générale prenait 2,57% à 25,96 euros, Crédit Agricole 2,17% à 11,28 euros et BNP Paribas 1,69% à 44,55 euros.

ArcelorMittal souffrait pour sa part (-3,87% à 14,20 euros) des prévisions inférieures aux attentes du sidérurgiste américain U.S. Steel.

Air Liquide montait de 1,13% à 129,65 euros dans la foulée de l'annonce d'un investissement de plus de 270 millions de dollars (245 M EUR) pour la construction de deux unités de séparation des gaz de l'air aux États-Unis, dans le cadre d'un contrat avec le chimiste canadien Methanex.

DBV Technologies profitait (+4,17% à 18 euros) du début de suivi de son titre par Kepler Cheuvreux avec la recommandation "acheter".

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires