En ce moment
 
 

La Bourse de Paris toujours en position d'observation (+0,15%)

La Bourse de Paris toujours en position d'observation (+0,15%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

La Bourse de Paris avançait prudemment (+0,15%) vendredi à mi-séance, privilégiant l'attentisme devant une nouvelle salve de résultats d'entreprises et avant de savoir si le report du Brexit sera effectivement accepté par l'Union européenne.

A 13H51 (11H51 GMT), l'indice CAC 40 grappillait 8,79 points à 5.693,12 points, dans un volume d'échanges de 1,2 milliard d'euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,55%.

Wall Street se dirigeait pour sa part vers une ouverture en ordre dispersé. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 0,05%, l'indice élargi S&P 500 prenait 0,07% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, progressait de 0,13%.

La cote parisienne a démarré légèrement dans le vert et a oscillé autour de l'équilibre toute la matinée.

"Le processus politique [du Brexit] traîne en longueur, et certains investisseurs sont de plus en plus nerveux, ce qui explique que la volatilité soit faible ce matin", a relevé auprès de l'AFP David Madden, un analyste de CMC Markets.

Les ambassadeurs des 27 de l'UE réunis vendredi à Bruxelles ont repoussé au début de la semaine prochaine une décision sur la durée d'un nouveau report du Brexit, a-t-on appris de sources européennes.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a été contraint de demander aux Européens de repousser le Brexit de trois mois, a en outre appelé jeudi à la tenue d'élections législatives anticipées le 12 décembre en vue de sortir le Brexit de l'impasse, un scrutin qui doit encore recevoir le soutien de l'opposition travailliste.

Le dirigeant travailliste "Jeremy Corbyn a déclaré qu'il ne soutiendrait aucune élection à moins que Boris Johnson n'exclue un Brexit sans accord", ce qu'il ne fera a priori pas, selon M. Madden.

"Le Royaume-Uni risque donc d'être coincé dans le hall des départs de l'Union européenne pendant un moment", a-t-il ajouté.

Du côté des indicateurs, le moral des consommateurs allemands devrait retomber légèrement en novembre, plombé par les craintes autour de la conjoncture allemande, selon le baromètre GfK.

Le moral des entrepreneurs allemands a quant à lui stagné en octobre alors que des signaux positifs émergent de la guerre commerciale, révèle le baromètre Ifo.

Outre-Atlantique, la confiance des consommateurs de l'Université du Michigan pour octobre est encore attendue.

Les opérateurs de marché devaient en outre arbitrer, parfois sévèrement, après une avalanche de résultats d'entreprises.

- Ubisoft chancelle -

L'écart continuait de se creuser entre Kering, loin en tête du CAC 40 (+10,26% à 521,20 euros), après des ventes ayant frôlé les 4 milliards d'euros au troisième trimestre, et Capgemini (-7,08% à 99,38 euros), en queue d'indice, qui pâtissait d'objectifs de ventes annuelles moins ambitieux.

Lanterne rouge du SBF 120, Ubisoft s'enfonçait de 19,59% à 45,03 euros, lesté par une drastique révision à la baisse de ses objectifs financiers pour 2019-2020.

Michelin s'appréciait de 5,43% à 106,70 euros, profitant de la confirmation de ses prévisions annuelles après avoir publié des ventes en hausse de 8,9% au troisième trimestre, à 6,11 milliards d'euros.

Saint-Gobain se repliait de 1,60% à 36,85 euros sans profiter d'une hausse de son chiffre d'affaires de 4,4% au troisième trimestre, à 10,79 milliards d'euros.

EDF cédait 0,54% à 9,26 euros. Le groupe a annoncé vendredi avoir abaissé sa prévision de production d'électricité nucléaire en France pour l'année 2019, en raison des prolongations d'arrêts de certaines centrales, de l'arrêt imprévu d'un réacteur à Flamanville (Manche) pour des travaux de maintenance et de conditions météorologiques défavorables.

Showroomprivé s'enfonçait de 5,67% à 1,10 euro, plombé par un chiffre d'affaires qui a chuté de 8,6% au troisième trimestre, à 125 millions d'euros, en raison d'une offre réduite et d'un repli du nombre d'acheteurs.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires