En ce moment
 
 

La Bourse de Paris va de l'avant à la mi-journée (+1,04%)

La Bourse de Paris va de l'avant à la mi-journée (+1,04%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris allait de l'avant vendredi à la mi-journée (+1,04%), mais les inquiétudes sur une éventuelle récession rodaient toujours dans l'esprit des investisseurs.

A 13H47 (11H47 GMT), l'indice CAC 40 prenait 54,58 points à 5.291,51 points, dans un volume d'échanges de 1,56 milliard d'euros. La veille, il avait terminé sur la défensive (-0,27%).

Le marché parisien a rebondi dès l'ouverture et se maintenait dans le vert au cours de la séance.

De son côté, Wall Street se préparait également à ouvrir dans le vert. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average prenait 0,89% à 25.802 points, celui sur l'indice élargi S&P 500 0,90% à 2.874,25 points et celui sur le Nasdaq, à forte coloration technologique, 1,10% à 7.579 points.

Cette fin de semaine est caractérisée par "une grande incertitude et une grande volatilité", a souligné dans une note Pierre Veyret, analyste pour ActivTrades. "De mauvaises données et des discussions difficiles sur la guerre commerciale entre Washington et Pékin obscurcissent la visibilité sur les marchés."

De plus, "les événements les plus récents n'ont pas aidé car le président Trump a déclaré que tout accord avec la Chine +devait être conforme aux conditions américaines+, tandis que Pékin qualifiait la dernière vague de taxes douanières américaines de +violation des accords+ précédemment passés entre les deux blocs", a-t-il ajouté.

Le président américain Donald Trump a affirmé jeudi que la prochaine session de négociations commerciales entre Pékin et Washington, programmée début septembre, était "toujours prévue".

En début de semaine, l'administration Trump a finalement repoussé de plus de deux mois l'instauration de tarifs douaniers supplémentaires sur une vaste liste de produits grand public importés de Chine comme des téléphones et des jouets.

Ce surcroît de taxes devait au départ s'imposer au 1er septembre, avait décrété Donald Trump après avoir été déçu par le dernier round de discussions lorsque ses émissaires, Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor et Robert Lighthizer, ambassadeur au Commerce, étaient revenus de Shanghai fin juillet sans grande avancée.

Par ailleurs, la production de pétrole des pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a de nouveau baissé en juillet, en raison notamment d'un net ralentissement en Arabie saoudite, a indiqué l'Organisation dans son rapport mensuel.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires