La diminution des terres agricoles belges en question les trois prochaines semaines

Consommation

(Belga) Le recul de la proportion de terres destinées à la production alimentaire locale en Belgique est alarmiste selon Le Réseau de soutien à l'agriculture paysanne. Jusqu'au 17 avril, le réseau "Journée mondiale des luttes paysannes" lance une campagne de sensibilisation, via une trentaine d'actions locales, pour attirer l'attention sur l'accès aux terres agricoles, et sur l'avenir de l'alimentation en Belgique.

La cinquième édition de cette campagne-action met l'accent cette année sur l'accès au foncier. Le réseau a calculé que ces 25 dernières années, l'équivalent de 3.000 terrains de foot avait été urbanisé par an en Wallonie, soit "des terres qui ne nourrissent plus". Pas moins de 30% des petites exploitations agricoles wallonnes ont disparu en Wallonie depuis 2000. "Les terres agricoles sont aujourd'hui pour l'essentiel dans les mains d'exploitations agricoles excessivement spécialisées, tournées vers les marchés et constamment poussées à l'agrandissement", met en garde Corentin Dayez, animateur de la campagne. "Les terres agricoles viennent à manquer pour permettre une production alimentaire au niveau local, ce qui nous rend dépendant des exportations", explique-t-il. La campagne "Luttes paysannes: que mangerons-nous demain?" a débuté ce vendredi. Elle sera ponctuée de diverses animations, telles que des conférences, des ciné-débats, des distributions de tracts ou encore des plantations de pomme de terre, organisées par des antennes locales en Wallonie et à Bruxelles principalement. La Journée mondiale des luttes paysannes, le 17 avril, commémore l'assassinat en 1996 de 19 paysans du mouvement "sans terre" au Brésil par de grands propriétaires terriens, et rappelle l'inégalité de la répartition de la terre. En Europe, 3% des gros agriculteurs maîtrisent 50% des terres, souligne le réseau. (Belga)

Vos commentaires