En ce moment
 
 

La holding d'Auchan essuie une lourde perte semestrielle de 1,5 milliard d'euros

La holding d'Auchan essuie une lourde perte semestrielle de 1,5 milliard d'euros
La holding du distributeur Auchan, en difficulté, a annoncé vendredi avoir essuyé une lourde perte nette de 1,5 milliard d'euros au premier semestre, qu'elle met sur le compte de ses activités en couPHILIPPE HUGUEN

La holding du distributeur Auchan, en difficulté, a annoncé vendredi avoir essuyé une lourde perte nette de 1,5 milliard d'euros au premier semestre, qu'elle met sur le compte de ses activités en cours de cession, notamment ses filiales de distribution en Italie et au Vietnam.

Hors ces "éléments exceptionnels", qui comprennent également la vente en cours de sa banque Oney, le groupe nordiste affiche sur la même période un bénéfice de ses "activités poursuivies" de 124 millions d'euros, précise-t-il dans un communiqué.

Propriété de l'Association familiale Mulliez (AFM), Auchan Holding avait déjà publié une perte nette de 1,145 milliard d'euros pour l'ensemble de l'année 2018. Le groupe a entamé depuis un vaste plan de "redressement", en procédant à de nombreuses cessions afin d'assainir ses comptes.

Ainsi, du fait de la vente de ses activités bancaires (Oney) à la BCPE, le groupe s'est recentré sur deux pôles: la distribution (Auchan Retail) et l'immobilier (Ceetrus).

La perte nette de 1,5 milliard d'euros enregistrée au 30 juin 2019 intègre principalement "le résultat de la cession des activités d'Auchan Spa", la filiale d'Auchan Retail en Italie, qui a été conclue au 31 juillet, précise le communiqué.

"Nous avons été amenés à arbitrer sur certains sujets et la démarche, hors exceptionnels, commence à porter ses fruits (...) La décision de céder l'activité en Italie et au Vietnam en est la preuve même si elle pèse lourdement sur nos résultats", a estimé Edgard Bonte, président exécutif de cette branche, cité dans le communiqué.

Le produit des activités ordinaires - l'équivalent du chiffre d'affaires - d'Auchan Holding s'établit pour sa part à près de 23 milliards d'euros, en baisse de 2,6% sur un an, en raison notamment de variations défavorables des taux de change.

Fin avril, conformément au plan de redressement de son pôle distribution, le groupe avait lancé la cession de 21 sites en France, concernant potentiellement entre 700 et 800 salariés. Dans l'Hexagone, il compte 637 magasins sous enseigne et emploie 73.800 collaborateurs.

Vos commentaires