En ce moment
 

La justice, l'exécutif et les médias ont eu le rapport sur Veviba, "pas le parlement"

La justice, l'exécutif et les médias ont eu le rapport sur Veviba,

(Belga) La justice, l'exécutif et les médias ont pu consulter le rapport de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), pas le parlement, ont réagi lundi en substance les membres des commissions parlementaires Economie et Santé publique sur l'affaire Veviba. Le ministre fédéral de l'Agriculture Denis Ducarme (MR) ne veut dévoiler aucun élément à sa connaissance sur le contenu du rapport afin d'éviter de "se ranger aux côtés des fraudeurs qui pourraient utiliser tout vice de procédure et remporter une victoire juridique".

Vendredi, le procureur général près la Cour d'appel de Liège Christian De Valkeneer n'a pas donné de suite favorable à la demande formelle de la Chambre de lui transmettre le rapport de l'Afsca. Les présidents des commissions ont toutefois décidé de maintenir l'organisation de la réunion prévue lundi matin. "La décision du procureur général de Liège me semble légitime. Je ne peux pas communiquer les éléments qui m'ont été transmis par l'agence, et ce afin de respecter le secret de l'instruction", a indiqué à l'ouverture Monsieur Ducarme, qui a précisé que le rapport était composé d'une introduction de dix pages et de neuf classeurs d'annexes. Jean-Marc Nollet (Ecolo) s'est d'emblée étonné de l'absence d'un représentant de l'Afsca lundi et du fait que la justice, le gouvernement et De Tijd avaient eu accès au rapport. "Les seuls à ne pas avoir ce rapport, ce sont les parlementaires! On ne peut pas éternellement reporter le débat. Vous profitez de cette inaccessibilité au rapport pour ne pas répondre aux questions. C'est trop facile comme argument!", a-t-il martelé. Dans le même sens, Annick Lambrecht (sp.a) a également souligné l'absence du ministre de la Justice. (Belga)

Vos commentaires