En ce moment
 
 

La maison Kenzo se sépare de son duo de créateurs Carol Lim et Humberto Leon

La maison Kenzo se sépare de son duo de créateurs Carol Lim et Humberto Leon
Les créateurs de Kenzo Humberto Leon (gauche) et Carol Lim le 20 janvier 2019Anne-Christine POUJOULAT
Mode

Après huit ans aux commandes de la maison Kenzo, les créateurs Carol Lim et Humberto Leon vont quitter leur poste pour se consacrer à leur propre marque, a annoncé vendredi sa maison-mère LVMH dans un communiqué.

Kenzo, marque créée en 1970 par le Japonais Kenzo Takada et qui fait partie de LVMH depuis 1993, est célèbre pour ses imprimés foisonnants et son style urbain, qui inspirent son prêt-à-porter féminin comme masculin.

"En 2011, Carol Lim et Humberto Leon furent les premiers directeurs artistiques d'origine américano-asiatique à rejoindre une maison du groupe LVMH. Leur approche radicalement moderne de la mode a apporté un vent de fraîcheur dans toute l'industrie", souligne le numéro un mondial du luxe.

Le duo quittera Kenzo le 1er juillet "pour se concentrer sur +Opening Ceremony+, leur propre label basé à New York", est-il précisé.

Carol Lim et Humberto Leon se sont notamment fait connaître pour leurs sweatshirts ornés d'une énorme tête de tigre, inspiration "puisée dans les archives de la maison et qui continue à être célébrée saison après saison", rappelle le communiqué.

Le duo "a toujours mis en avant la diversité et la mixité qui sont deux valeurs essentielles de la maison Kenzo depuis sa création" et leurs collections "ont inspiré toute une nouvelle génération", a salué Sylvie Colin, directrice générale de Kenzo, citée dans le communiqué.

Les deux créateurs présenteront leur dernier défilé le 23 juin dans le cadre de la semaine parisienne de la Mode. "La nouvelle étape créative de Kenzo sera annoncée prochainement", est-il indiqué.

En 2017, la maison Kenzo a réalisé 238 millions d'euros de ventes. Son bénéfice net annuel s'est établi à 43 millions d'euros, faisant plus que doubler en deux ans, selon les comptes déposés par la maison auprès du tribunal de commerce.

Vos commentaires