En ce moment
 

Lanvin tourne la page Olivier Lapidus après seulement deux saisons

Lanvin tourne la page Olivier Lapidus après seulement deux saisons
Le créateur Olivier Lapidus à la fin du défilé automne-hiver 2018-2019 de Lanvin, le 28 février 2018 à Paris Patrick KOVARIK
Mode, Chine

Nouveau coup de théâtre chez Lanvin: le créateur Olivier Lapidus tire sa révérence neuf mois seulement après sa prise de fonction comme directeur artistique, et quelques semaines après l'entrée du groupe chinois Fosun dans le capital de la maison de couture dans la tourmente.

Il "quitte dès à présent ses fonctions de directeur artistique, et l’actuelle équipe de création Lanvin assumera temporairement la responsabilité des collections femmes", a indiqué jeudi Lanvin, la plus ancienne maison de couture française, dans un communiqué laconique.

Le créateur français de 59 ans va désormais se consacrer à sa propre marque vendue en ligne, "Creation Olivier Lapidus", lancée en juillet.

Il aura eu le temps de réaliser deux collections pour Lanvin, parfois sévèrement critiquées par la presse spécialisée. Faite dans l'urgence, la première privilégiait le noir tandis que la seconde pour l'automne-hiver prochain mettait à l'honneur les couleurs vives et un style sportswear chic.

"Olivier a dirigé la Maison pendant une période de transition, entre deux propriétaires. Nous l’en remercions et lui souhaitons beaucoup de succès avec sa marque et dans ses projets futurs", a déclaré Joann Cheng, nouvelle directrice générale de Lanvin par intérim dont la nomination a été annoncée jeudi.

Présidente de Fosun Fashion Group (qui comprend les marques St John Knits, Caruso et Tom Tailor), la dirigeante doit assurer une période de transition avant la nomination d'un nouveau directeur général.

Dernier remaniement annoncé: Nicolas Druz, directeur général de Lanvin depuis 2017, devient "directeur exécutif du Fosun Fashion Group", avec pour mission de stimuler l’expansion du groupe en Europe.

Ces annonces sont les premières faites par Lanvin depuis l'arrivée de Fosun dans son capital.

Le groupe chinois, qui a déjà relancé avec succès en France le Club Med, a acquis une part majoritaire de Lanvin avec l'idée de relancer la maison en proie depuis plusieurs années à des difficultés financières et à une valse de ses directeurs artistiques.

- Neuf mois -

La maison avait été secouée en octobre 2015 par le départ du styliste Alber Elbaz, resté 14 ans chez Lanvin avant d'en être évincé. Une rupture de contrat qui avait poussé le comité d'entreprise de la société à déclencher un droit d'alerte sur la situation économique de l'entreprise.

Nommée pour prendre sa suite, la créatrice Bouchra Jarrar sera restée seulement seize mois en tant que directrice artistique de Lanvin, jusqu'à l'arrivée d'Olivier Lapidus, nommé par la femme d'affaires taiwanaise Shaw-Lan Wang qui possédait alors 75% des parts de l'entreprise.

L'état des finances de la société n'est pas connu. Mais selon ses derniers comptes annuels déposés auprès du greffe de Paris, à la date du 31 décembre 2016, Lanvin affichait une perte nette de 20,3 millions d'euros - contre un bénéfice net de 2,9 millions un an plus tôt et 5,6 millions en 2013.

"Nous n'avons aucun doute sur le fantastique potentiel de croissance de cette marque de réputation internationale", affirmait Guo Guangchang, à la tête de Fosun, en annonçant cette acquisition.

A la recherche d'un nouveau souffle, Lanvin va se mettre à la recherche d'un nouveau directeur artistique. "C'est en cours", s'est contentée d'indiquer la maison, sans précision sur le calendrier.

L'idée est de "faire appel à de nouveaux talents tout en respectant les valeurs prônées par la marque depuis 1889 est fondamental pour que la Maison retrouve sa juste place au sommet, parmi les maisons de couture les plus prisées et innovantes du monde".

Une annonce qui survient en plein mercato de la mode et alors que des créateurs comme Phoebe Philo (ex-Céline) ou Guillaume Henry (ex-Carven, ex-Nina Ricci) ne travaillent plus pour de grandes maisons de couture, soulignait jeudi la presse spécialisée.

Vos commentaires