En ce moment
 
 

Le ministre De Backer "vigilant à une concurrence suffisante" sur le marché des télécoms

Le ministre De Backer

(Belga) Le ministre fédéral des Télécommunications Philippe De Backer (Open Vld) s'est dit "vigilant" jeudi par rapport à une "concurrence suffisante" sur le marché belge des télécoms après l'annonce de la coopération future entre Proximus et Orange pour le partage de leur réseau d'accès mobile.

Les deux opérateurs ont signé jeudi un document en vue de conclure un accord de partage du réseau d'accès mobile d'ici la fin de l'année. Une co-entreprise, détenue à 50% par chacune des deux entreprises, sera créée dans ce but. Cette annonce "peut certainement réduire les coûts de déploiement d'un tel réseau", commente le ministre. Cela peut aussi constituer une bonne nouvelle pour les consommateurs si cela se traduit dans les factures des clients et des entreprises, selon lui. Si les opérateurs parviennent à réduire à la fois leurs coûts et la concurrence, c'est une excellente nouvelle pour les actionnaires mais une mauvaise pour les consommateurs, met-il cependant en garde, prévenant qu'il sera vigilant à une concurrence suffisante sur le marché des télécoms. "Une concurrence moins intense entraîne par définition moins d'investissements et des prix encore plus élevés. Des études sur notre marché belge ont démontré cela à maintes reprises", argumente Philippe De Backer. Le ministre s'inquiète d'ailleurs du déploiement futur de la 5G. Proximus et Orange détiennent ensemble une très grande part de marché dans le segment business. Ils jouissent même d'un "quasi monopole" pour les plus grandes entreprises, qui sont les premiers clients potentiels pour cette technologie, constate-t-il. "Le réseau de radio 5G qu'ils vont déployer ensemble risque donc de devenir un réseau monopolistique. En raison du manque de concurrence, le déploiement d'un réseau industriel et commercial pourrait être très lent et les prix très coûteux", redoute Philippe De Backer. Ce dernier souhaite à présent accélérer l'introduction de la 5G. "C'est essentiel pour notre future position concurrentielle et notre économie numérique. Si les trois opérateurs de télécommunications actuels (Proximus, Telenet et Orange, ndlr) n'investissent pas rapidement dans la 5G, cela confirmera encore une fois la nécessité d'introduire un 4ème opérateur sur notre territoire afin d'accélérer et de renforcer la concurrence", prévient-il. Selon lui, un nouvel acteur inciterait en effet davantage à l'investissement et finalement à une baisse des prix, comme l'ont démontré une étude de l'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) et des expériences à l'étranger. (Belga)

Vos commentaires