Le Paris SG, VRP glamour du Mondial-2022 au Qatar

Entraînement dans l'un des stades du Mondial-2022, visite des futures infrastructures... Le stage promotionnel du PSG au Qatar, indispensable pour le fair-play financier, a aussi servi à braquer les projecteurs sur l'avancée des préparatifs dans le petit émirat, hôte très attendu de la prochaine Coupe du monde de foot.

"En direct du RER A ! Ça a changé hein ?": le temps d'une matinée, Presnel Kimpembe a troqué ses habits d'ambianceur en chef du vestiaire parisien pour jouer au guide du futur métro de Doha, en compagnie de ses coéquipiers Thomas Meunier, Alphonse Aréola, Thilo Kehrer et Christopher N'Kunku.

Diffusion opportune sur les réseaux sociaux et succès immédiat. Le wagon première classe du métro qatari, avec ses fauteuils individuels ultra confortables et un personnel aux petits soins, ne risque pas de souffrir de la comparaison avec la très fréquentée ligne parisienne...

Enfin opérationnel après cinq ans de travaux, le système de transport en commun automatisé, dont la gestion a été confiée à des entreprises françaises, prévoit 37 stations et 3 lignes pour rejoindre rapidement l'un des huit sites prévus pour le premier Mondial organisé en hiver (21 novembre - 18 décembre).

"La barre a été placée très haut en Russie. Tous les stades étaient justes magnifiques et super modernes. Ici, on suit les mêmes traces : il y aura de la climatisation, et des petits extras qui vont faire la différence en période de grande températures", a confié le défenseur du PSG Thomas Meunier, après avoir visité le chantier du stade Al Wakrah.

- 'Nation-branding' -

Mais quel est au juste l'intérêt de ce stage dans l'émirat pour le club parisien, contrôlé par le fonds souverain qatari QSI depuis 2011 ? "Faire honneur au pays qui supporte à 100% le PSG", répond l'international belge.

"Je pense qu'ils investissent pas mal dans les infrastructures, dans la modernité du club et dans les joueurs en général, transferts et autres. Nous ce qu'on peut leur rendre, c'est un peu de visibilité, un peu de promotion", a-t-il ajouté.

D'abord destiné à valoriser ses sponsors qataris dans le viseur de l'UEFA -- comme celui de l'office du tourisme du Qatar (QTA), dont la valeur a été décotée à 58 M EUR sur la période comptable 2016-19, contre 100 M EUR depuis 2014 --, c'est au final le Mondial-2022 qui a profité le plus de l'opération "nation-branding" par effet de ricochet.

Avec des stars de dimension internationale comme Neymar ou Gianluigi Buffon, le PSG est-il un vecteur incomparable pour promouvoir l'événement mondial à venir ? "Absolument", se réjouit Nasser Al-Khater, secrétaire général adjoint du comité d'organisation du Mondial-2022.

"Par sa notoriété, son prestige, et son talent, le PSG attire beaucoup d'attention. Je pense que le Qatar souhaite bénéficier effectivement de cela, à juste titre compte tenu de l'effort qu'il met lui-même dans le soutien à ce club", renchérit l'ambassadeur de France au Qatar, Franck Gellet, invité de marque de l'entraînement ouvert au public, au Khalifa Stadium mardi.

- Lusail, la Cité futuriste -

Une fois attirés sur place par l'aimant PSG, les médias du monde entier ne peuvent que s'enquérir de l'avancée des préparatifs du Mondial le plus compact de l'histoire. Avec en premier lieu, le pharaonique projet de Lusail, la future ville créée ex-nihilo à 15 km de Doha, qui servira d'écrin au match d'ouverture et à la finale du Mondial-2022.

Le cliché diffusé par la Fifa juste avant Noël a capté l'attention: avec un design audacieux, sorte de soucoupe dorée au toit très légèrement ouvert, l'enceinte de 80.000 places, dont la livraison est prévue en 2020, promet d'être l'une des attractions de la compétition.

En attendant, c'est un immense chantier à ciel ouvert qui s'offre aux visiteurs autorisés, avec 3.500 ouvriers qui s'affairent chaque jour, avec des "pics pouvant monter à 7.000", explique Tamim El Abed, responsable du projet.

"Lusail, c'est un projet de développement urbain, qui s'inscrit dans la droite ligne de l'expansion urbaine du nord du Qatar", et qui ambitionne d'accueillir "400.000 habitants", ajoute-t-il. Et surtout au moins un joueur du PSG parmi les futurs champions du monde qui seront sacrés sur sa pelouse...

Vos commentaires