En ce moment
 
 

Le secteur du vêtement va mal: quel est le type de boutiques concernées?

Le secteur de l'habillement va mal et les enseignes doivent mettre la clé sous la porte. Le secteur est en perte financière depuis 3 ans, notamment à cause du moyen de gamme qui n'arrive plus à trouver sa place entre les prix bon marché, le luxe et les ventes sur internet.

Le secteur du vêtement est en perte financière depuis trois ans, à quelques exceptions près. En cause : le moyen de gamme ne trouve plus sa place entre les prix planchers et les marques de luxe ;  et l’e-commerce qui met le secteur sous pression, surtout le milieu de gamme.

L’avènement des  magasins uniquement en ligne a contraint les enseignes classiques à ouvrir elles aussi leur boutique en ligne. Mais les marges sont plus faibles à cause des coûts de livraison.

Les faillites menacent donc surtout les acteurs du milieu de gamme de la mode, pas Primark par exemple, et dans l'e-commerce, pas Zalando ou About you, mais des enseignes plus classiques comme C&A ou H&M.

"Même elles ont difficile aujourd'hui à rester concurrentielles sur des prix des matières premières qui augmentent, sur le coût du travail qui augmente en inde, en Chine, etc. Même des grandes sociétés comme H&M se trouvent aujourd'hui en difficulté, alors je ne vous explique même pas pour des plus petites sociétés belges, la situation dans laquelle elles se trouvent aujourd'hui", analyse Pierre-Alexandre Billiet, responsable de Gondola, la plate-forme de la grande distribution et des marques en Belgique.


Qui tire son épingle du jeu ?

Dans ce contexte, deux types d'acteurs de la mode s'en sortiront selon lui : "L'e-commerce car ils sont capables, eux, d'acheter des matières premières très très largement. Ce sont des acteurs tellement énormes, des Zalando et autres, qui continuent à acheter en masse, directement ou indirectement. Et puis, vous avez des géants comme Inditex, qui maîtrisent totalement la chaine des valeurs, la logistique, la production", ajoute ce spécialiste.

Le groupe espagnol Inditex comprend notamment Zara ou Massimo Duti.

Selon Wendy Luyckx, porte-parole de Creamoda (fédération du secteur de l’habillement et de la confection), c'est le milieu de gamme qui est aujourd'hui le plus menacé : "C'est très difficile pour les entreprises, pour les marques, de trouver un bon équilibre entre le bon marché et le top, le plus cher."

Mardi dernier, la chaîne de vêtements CoolCat a introduit une demande de faillite en Belgique et fermera ses 17 magasins belges, qui emploient en tout 163 personnes. En janvier, l’enseigne de prêt-à-porter New Look a laissé 110 travailleurs sur le carreau en fermant les six derniers magasins qu’elle comptait dans notre pays.

Vos commentaires