En ce moment
 

Les aéroports européens suffoquent face à la croissance du trafic aérien

(Belga) Les aéroports européens n'ont pas la capacité suffisante pour faire face à la croissance du trafic aérien attendue lors des prochaines décennies, selon une étude d'Eurocontrol, l'organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne.

Ses conclusions ont été présentées mardi lors l'assemblée générale de l'Association mondiale des aéroports (ACI) à Bruxelles. D'après elles, les retards sont en augmentation et, sans nouvelles mesures, les aéroports européens seront incapables d'accueillir 1,5 million de vols et 160 millions de passagers en 2040. Eurocontrol prévoit que le nombre de vols en Europe augmentera en moyenne de 1,9% par an d'ici 2040. Cela signifie que 16,2 millions de vols devraient avoir lieu, moitié plus qu'en 2017. Les aéroports travaillent déjà à l'augmentation de leur capacité, a précisé le patron d'Eurocontrol Eamonn Brennan. Les 20 plus grands aéroports d'Europe pourront ainsi gérer ensemble 2,4 millions de vols supplémentaires, mais cela reste insuffisant. Ces aéroports seront alors beaucoup plus fréquentés et les vols subiront davantage de retards. Selon Eurocontrol, d'ici 2040, quelque 1,5 millions de vols ne pourront pas être assurés. Le nombre de passagers subissant une à deux heures de retard passeront de 50.000 par jour actuellement à 470.000 en 2040. "Il s'agit naturellement d'une prédiction à long terme, nous avons donc encore du temps pour nous attaquer à ces problèmes", ajoute Eamonn Brennan. "Mais créer plus de capacité à une si grande échelle nécessite une programmation à long terme. C'est pourquoi je pense que nous devons considérer cela comme une urgence." Les problèmes peuvent être partiellement résolus grâce à l'innovation technologique, l'amélioration des processus et de plus grands avions. Mais de nouveaux terminaux et des pistes supplémentaires sont également nécessaires. "L'étude montre que les problèmes de capacité en Europe conduiront à des niveaux de congestion et de perturbations jamais vus jusqu'ici", réagit Michael Kerkloh, président de ACI Europe. Le coût pour l'économie est estimé à 88 milliards d'euros. (Belga)

Vos commentaires