Les "pirates des perrons" américains à l'abordage des colis de Noël

Les
Rosemarie Dumhart, photographiée le 17 décembre 2018 dans sa rue, à Baltimore (Maryland), utilise un faux colis pour décourager les "pirates des perrons", filmés par une caméra en surplombSébastien DUVAL
Consommation, vol

Des millions d'Américains font aujourd'hui leurs achats de Noël en ligne, mais combien de cadeaux arriveront vraiment sous le sapin ? Les vols de colis, souvent laissés sans signature sur le perron des maisons, sont de plus en plus courants aux Etats-Unis.

Installée toute la journée ou presque dans le rocking-chair défraîchi de son salon, Rosemarie Dumhart surveille la rue à travers la porte-fenêtre et se précipite dehors à chaque passage du livreur pour mettre à l'abri chez elle les paquets de ses voisins.

"On se rend service les uns les autres dans le coin", avance la retraitée de 79 ans, qui a vu son quartier résidentiel de Baltimore, sur la côte est américaine, se transformer en même temps que les habitudes de consommation des riverains.

"Quand j'ai emménagé ici, il y a 24 ans, j'avais des barreaux aux fenêtres contre les cambriolages. Il y avait des trafiquants de drogue à tous les coins de rue", se souvient-elle. "C'est très tranquille maintenant, il y a beaucoup de jeunes gens bien élevés. Mais ils font tous leurs courses en ligne !"

La gentrification du voisinage y a amené un autre type de larcins: les vols de colis par ceux que les médias américains ont baptisé les "porch pirates".

Afin de décourager ces "pirates des perrons", Rosemarie a échafaudé il y a plusieurs mois un habile stratagème avec son voisin Rob: à chaque fois que ce dernier est livré, la vieille dame ne laisse devant chez lui, en guise d’appât, qu'un paquet factice, lesté d'une bouteille d'eau et du message suivant: "Recyclez et reconsidérez vos choix de vie".

Une vingtaine de voleurs, filmés par une caméra placée au-dessus de la porte, ont été piégés depuis le début de l'année. Et les vidéos, postées sur YouTube et transmises à la police, auraient conduit à au moins une arrestation.

- Sonnettes vidéo, paillettes et GPS -

Près de 26 millions de personnes aux Etats-Unis --où a longtemps régné une culture de bienveillance faisant du perron de chacun une sorte de sanctuaire inviolable-- déclaraient dans une étude réalisée l'an dernier par la compagnie d'assurance Insurance Quotes avoir été victimes d'un vol de colis pendant la période des fêtes.

Alors, autorités et entreprises de livraison ont multiplié ces dernières semaines appels à la vigilance et conseils: se faire livrer au bureau, chez un voisin ou dans des consignes sécurisées; demander une remise du colis contre signature ou s'équiper de sonnettes dissuasives avec caméra, comme celles de la marque Ring, judicieusement rachetée par le géant du commerce en ligne Amazon.

La jeune société BoxLock propose, elle, un gros cadenas jaune équipé d'un lecteur de code-barres permettant au livreur de laisser les colis en sécurité dans une boîte ou une malle.

Brad Ruffkess, son fondateur, en a eu l'idée après avoir déménagé fin 2016 avec sa femme d'un appartement à une maison, devant laquelle plusieurs de leurs paquets se sont volatilisés.

"Nous avons été surpris de voir qu'il existait si peu de solutions. Les caméras n'ont qu'un effet dissuasif, elles ne protègent pas physiquement les livraisons", explique-t-il à l'AFP.

Plus sophistiqué encore, un ancien ingénieur de la Nasa, Mark Rober, vexé de s'être fait voler une commande, a mis plusieurs mois à concocter sa revanche: un faux colis déclenchant à son ouverture une explosion de paillettes et l'émission d'un spray malodorant, le tout filmé par des smartphones embarqués. Sa vidéo est actuellement l'une des plus visionnées sur YouTube aux Etats-Unis.

La police du New Jersey a elle aussi utilisé des paquets factices, équipés de GPS, pour remonter la trace des voleurs. Et un peu partout dans le pays, les autorités sont parties à l'abordage de ces corsaires de trottoir.

"Ce n'est évidemment pas le crime du siècle, mais il peut avoir un impact considérable sur nos communautés", a récemment déclaré Cody Hiland, procureur fédéral de l'Arkansas, en lançant officiellement l'"opération porch pirate".

Son objectif? "Faire payer le prix fort à ceux qui décident de voler les cadeaux de Noël sur le perron des honnêtes gens". Le père Fouettard ne va pas chômer.

Vos commentaires