En ce moment
 
 

Les salariés de CKB-TE Connectivity organisent la "mort symbolique" de leur entreprise

Les salariés de CKB-TE Connectivity organisent la
Un salarié de CKB-TE Connectivity déguisé en faucheuse déambule dans le faux cimetière érigé par les manifestants pour protester contre la fermeture de leur entreprise, le 7 février 2019 à Allones daJEAN-FRANCOIS MONIER

Un cimetière de croix blanches pour symboliser la mort de leur entreprise: les 162 salariés de CKB-TE Connectivity (connecteurs pour l'industrie ferroviaire et offshore pétrolier) à Allonnes près du Mans, ont manifesté jeudi leur "colère" contre la décision récente du groupe américano-suisse de fermer l'entreprise.

En janvier, les employés de cette usine qui fabrique des connecteurs pour l'industrie ferroviaire et l'offshore pétrolier ont appris que l'activité serait délocalisée en Pologne et au Texas.

Plus d'une centaine de salariés ont posé avec leur matricule derrière 162 croix formant un cimetière où l'on pouvait voir déambuler un manifestant déguisé en faucheuse, a constaté un photographe de l'AFP. Plusieurs élus, dont le maire PCF d'Allonnes Gilles Leproust, sont venus afficher leur soutien.

"Cimetière de nos emplois", pouvait-on lire sur une banderole accrochée sur le grillage de l'entreprise. CKB-TE Connectivity doit fermer d'ici l'été 2020 et les premiers licenciements pourraient intervenir d'ici fin 2019.

CBK-TE Connectivity, implanté depuis 53 ans dans l'agglomération du Mans et depuis 8 ans à Allonnes réalise 40% de son activité dans le ferroviaire et 60% dans l'offshore pétrolier. Sur les 162 salariés, l'entreprise compte une vingtaine de cadres et de salariés administratifs.

"On a l'impression qu'il y a une échelle du nombre de licenciés, le gouvernement ne s'occupe pas de petits comme nous. On est un peu les laissés-pour-compte des pouvoirs publics", a déclaré à l'AFP Philippe Gautier, secrétaire du comité d'entreprise. "Il nous a été annoncé qu'on n'était pas assez rentable. Pourtant, les carnets de commandes sont pleins, la confiance des clients est là. C'est à ne rien y comprendre", a ajouté cet élu CGT.

En 2018, Career Kheops Bac (CKB) a réalisé 20 millions d'euros de chiffres d'affaires, légèrement en perte, selon M. Gautier et le groupe multinational avait annoncé 1,2 million d'euros d'investissement.

L'élu CGT regrette que le ministère de l'Economie, par la voix du secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi, se soit jusqu'à présent "contenté d'acter la fermeture" du site sarthois.

Le maire veut réunir les présidents de région et de la métropole du Mans pour "réclamer à l'actionnaire le remboursement de 750.000 euros d'aides publiques", si celui-ci ne revoit pas sa position.

Vos commentaires