Les Waterlootois n'en peuvent plus des nuisances provoquées par le survol - bourgmestre

(Belga) La bourgmestre de Waterloo, Florence Reuter (MR) a fait part jeudi, au médiateur fédéral de l'aéroport, du "ras-le-bol" de ses concitoyens, face au survol estiment subir de manière intensive, dans le chef d'avions en phase d'approche de l'aéroport national lorsque ceux-ci atterrissent via la courte piste 01-19.

Comme il l'a fait dans d'autres communes survolées, le médiateur fédéral, Philippe Touwaide, s'est rendu à Waterloo jeudi pour s'informer de la situation dans cette commune qui subit le passage de nombreux avions en approche de Brussels Airport. En théorie, ces avions qui atterrissent sur la piste survolent Waterloo, à quelque 2.000 pieds. Médiateur et bourgmestre ont partagé le constat que les règles ne sont pas toujours respectées, mais aussi qu'aucune solution n'est en vue tant qu'il n'y pas de consensus au sein du gouvernement fédéral. Philippe Touwaide a rappelé que la piste 01 était une piste alternative, à utiliser dans certaines conditions de vent, sur le papier si le vent arrière dépasse 7 noeuds sur la piste 25. C'est souvent le cas en journée quand il fait beau mais durant la nuit, elle continue d'être utilisée alors que le vent est tombé. On peut y enregistrer entre 35 et 45 atterrissage par nuit. Le médiateur a comparé la piste 01 à une nationale bordée d'arbres, pourtant utilisée par préférence à une autoroute: elle est plus courte que les autres pistes, en pente, moins bien équipée et son utilisation implique des croisements au sol entre les avions qui décollent et ceux qui atterrissent. De plus, les avions en approche subissent un vent latéral qui les oblige à actionner les réacteurs pour se réaligner constamment. "Ce n'est pas vivable et les habitants de Waterloo n'en peuvent plus. A un moment, trop, c'est trop. Je reçois même des mails d'insultes. Je fais pourtant tout ce que je peux à mon niveau. On informe le ministre, on téléphone au cabinet, on fait notre boulot d'intermédiaire. Et le ministre Bellot a fait des propositions qui me semblent équilibrées. Mais il n'est pas seul dans le gouvernement fédéral et tant qu'il n'y a pas un consensus, rien ne bouge", a indiqué la bourgmestre libérale de Waterloo, Florence Reuter, à l'occasion de cette rencontre. (Belga)

Vos commentaires