En ce moment
 

Lettonie : le gouverneur de la Banque centrale interdit d'exercer ses fonctions

Lettonie : le gouverneur de la Banque centrale interdit d'exercer ses fonctions
Le gouverneur de la Banque centrale de Lettonie, Ilmars Rimsevics, le 28 mai 2009 à HelsinkiMARKKU ULANDER

Le gouverneur de la Banque centrale de Lettonie, Ilmars Rimsevics, soupçonné de corruption, a été interdit d'exercer ses fonctions mardi par le Bureau national anti-corruption (KNAB).

"En accord avec la décision des autorités chargées du procès, le responsable de la Banque de Lettonie a été interdit de s'engager dans certaines activités concernant la prise de décisions, de contrôle et de supervision à la Banque de Lettonie, y compris d'exercer la fonction de chef de la banque", a déclaré Laura Dusa, porte-parole du KNAB, à l'agence BNS.

Il lui est également interdit de quitter la Lettonie, a-t-elle ajouté.

Plus tôt dans la journée, le gouverneur, accusé d'avoir reçu un pot-de-vin d'au moins 100.000 euros, a déclaré qu'il ne démissionnerait pas, alors que la majorité des hauts responsables politiques du pays ont réclamé son départ immédiat.

"Je comprends que c'est une situation très compliquée, peut-être la plus compliquée de ma vie. Je reçois un soutien énorme des gens, ceux que je connais, mes amis, ma famille. Pour l'instant, j'ai décidé de ne pas démissionner, parce que je ne suis pas coupable", a-t-il déclaré, selon l'agence BNS.

Il a affirmé également avoir reçu des menaces de mort.

Vendredi, a dit M. Rimsevics, la Banque de Lettonie a refusé d'accorder une aide à la liquidité d'un milliard d'euros à la banque ABLV, accusée de blanchiment d'argent.

"Les perquisitions (chez lui et dans son bureau) ont commencé après que nous avons pris la décision de ne pas accorder ce prêt", a-t-il souligné.

Interpellé ce week-end par le KNAB, M. Rimsevics a été longuement interrogé et son bureau et sa résidence ont été perquisitionnés. Il a été remis en liberté lundi contre une caution de 100.000 euros versée par un ami.

Le chef de la police criminelle Andrejs Grisins a évoqué lundi, sans donner de noms, l'ouverture d'une enquête à la suite d'une plainte de la banque Norvik, huitième établissement du pays, à propos d'un pot-de-vin extorqué à son principal actionnaire par un "haut responsable du secteur financier letton".

Vos commentaires