Moscou promet une "réponse dure" aux nouvelles sanctions de Washington

Russie

(Belga) La Russie a promis vendredi une "réponse dure" aux nouvelles sanctions américaines adoptées à l'encontre d'une série d'hommes d'affaires, d'entreprises et de hauts responsables russes. Pour la première fois, ce sont des "oligarques" proches de Vladimir Poutine que l'administration Trump a visés, dans ce que Moscou a qualifié d'"attaque antirusse".

"Nous ne laisserons pas l'attaque actuelle ou n'importe quelle nouvelle attaque antirusse sans une réponse dure", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. "N'ayant obtenu aucun résultat avec les 50 séries de sanctions précédentes, Washington continue de faire peur avec des refus de visas américains, menace le business russe de gel d'actifs et d'avoirs, mais oublie que la réquisition de propriété privée et de l'argent d'autrui, cela s'appelle un vol", a ajouté la diplomatie russe. Selon Moscou, les sanctions américaines font entrer les Etats-Unis dans la catégorie des pays "ennemis de l'économie de marché et de la concurrence honnête et libre", puisqu'ils "utilisent des méthodes administratives pour éliminer des concurrents sur les marchés étrangers". "Nous conseillons à Washington de se débarrasser au plus vite de l'illusion qu'il est possible de discuter avec nous en employant le langage des sanctions", indique encore la Russie. Sept "oligarques" et douze entreprises qu'ils contrôlent font partie de la nouvelle liste américaine d'entités sanctionnées: ils ne pourront plus faire affaire aux Etats-Unis, ni avec des Américains. Dix-sept "hauts responsables" russes sont aussi visés, dont des patrons d'entreprises publiques comme Alexeï Miller (Gazprom) ou Andreï Kostine (VTB, la deuxième banque russe) mais aussi le ministre de l'Intérieur Vladimir Kolokoltsev et le secrétaire général du Conseil de sécurité Nikolaï Patrouchev. Plusieurs entreprises sont enfin sanctionnées, dont Rosoboronexport, chargée des exportations militaires, pour son soutien au régime syrien de Bachar al-Assad. Le conglomérat Rostec, maison-mère de cette société, a critiqué "une excuse pour écarter la Russie du marché mondial des armements". "Les Etats-Unis prennent ces mesures en réponse à l'ensemble des attitudes éhontées et des activités néfastes du gouvernement russe, qui se poursuivent à travers le monde", a déclaré un haut responsable de l'administration Trump à la presse, citant son rôle en Syrie, en Crimée ou en Ukraine. "Mais, avant tout, c'est une réponse aux attaques continues de la Russie pour subvertir les démocraties occidentales", a-t-il ajouté. (Belga)

Vos commentaires