En ce moment
 

NDDL: début du chantier de réfection des routes de la ZAD

NDDL: début du chantier de réfection des routes de la ZAD
La route D281, ou "route des chicanes", lors de la première évacuation par les gendarmes de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes le 14 avril 2018GUILLAUME SOUVANT

Le chantier de remise en état des routes départementales traversant la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) a débuté jeudi matin sous protection des gendarmes, près de deux mois après le début des opérations d'expulsions sur le site, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les premiers travaux de débroussaillage et de nettoyage des fossés, préalables à la réfection de la chaussée, ont commencé peu après 09H00, sur la route départementale 81, dans un axe sud-nord.

Encadrés par quelques dizaines de gendarmes, sept agents du conseil départemental de Loire-Atlantique, aidés de tractopelles et d'un tracteur-balai, enlevaient notamment des restes de barricades subsistant au carrefour de la Saulce, haut lieu d'affrontements entre opposants et forces de l'ordre depuis début avril.

Le chantier, qui concerne également la D281, l'emblématique ex-"route des chicanes" fermée à la circulation depuis novembre 2012, doit durer environ deux semaines, selon le conseil départemental.

Remise en état quelques jours avant le début de l'intervention des gendarmes mobiles sur la zone, la D281 a depuis subi d'importantes dégradations.

"Dès lors que la chaussée aura été remise en état par les services du département et que l'Etat m'indiquera que la sécurité des usagers sera garantie, je lèverai l'arrêté d'interdiction à la circulation", a assuré mercredi le président (PS) du département de Loire-Atlantique, Philippe Grosvalet.

Depuis le lancement le 9 avril des opérations d'expulsions sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, 39 squats ont été détruits ou évacués, en deux temps, sur les 97 recensés par les autorités.

La deuxième phase d'expulsions s'était achevée le 18 mai, mais "les opérations à Notre-Dame-des-Landes ne seront terminées que le jour ou l'État de droit sera totalement respecté, c'est-à-dire lorsque la libre circulation sera rétablie et que l'ensemble des terres et des bâtiments sera occupé de manière légale", avait expliqué la préfecture de Loire-Atlantique.

La préfète s'apprête à régulariser une quinzaine de projets agricoles portés par des occupants de la ZAD, à travers la signature, prévue lundi, de conventions d'occupation précaires (COP).

Vos commentaires