En ce moment
 

NDDL: tout à fait possible de "faire cohabiter" tous les projets

NDDL: tout à fait possible de
Des occupants de la ZAD portent une charpente pour reconstruire l'un des squats, le 15 avril 2018 à Notre-Dame-des-LandesCHARLY TRIBALLEAU

Le syndicat agricole Confédération paysanne, très impliqué dans le dossier Notre-Dame-des-Landes, estime qu'il est possible de "faire cohabiter" tous les projets agricoles et artisanaux sur le site, à condition que le climat s'apaise localement.

"Il y a de la place pour tout le monde, pour faire cohabiter le retour de certains anciens agriculteurs sur les terres tout en lançant des projets collectifs innovants, car globalement les nouveaux projets (proposés par les zadistes) consomment assez peu de surface", a déclaré mercredi Laurent Pinatel, porte-parole national du syndicat, réuni en assemblée générale à Montreuil.

"Mais, on est loin d'être avec un climat suffisamment apaisé pour que les choses se débloquent", a ajouté M. Pinatel, en appelant à "un arrêt de l'escalade de la violence des deux côtés".

Les forces de l'ordre doivent arrêter de "tirer des grenades de désencerclement depuis des hélicoptères" sur les manifestants, a-t-il dit. "Et du côté des zadistes aussi, il faut une diminution de la violence qui n'est pas acceptable", a-t-il ajouté.

"Hier soir (mardi) encore, il y a eu des tirs de lacrymo, l'espace de discussion est très compliqué, on voit bien que l'Etat avait un plan d'évacuation et rien d'autres derrière", a-t-il estimé.

"Ce qui a posé problème, ce n'est pas la répartition du foncier après l'annulation du projet d'aéroport, c'est un acte d'Etat qui a voulu expulser tout le monde, or seulement 30 ha sur 1.600 portent un conflit d'usage entre des personnes installées sur des parcelles et d'autres personnes qui voudraient les récupérer", a précisé Dominique Deniaud, président de la Confédération rurale en Loire-Atlantique.

"Pour notre part, nous souhaitons que le foncier puisse rester groupé pour favoriser un maximum d'installations et de nouveaux projets collectifs, nous avons déjà recensé une quinzaine de personnes diplomées qui pourraient d'emblée entrer dans le processus classique d'installation agricole", a-t-il ajouté.

Le syndicat est "tout à fait en phase" avec la demande de la préfète (Nicole Klein) qui cherche les noms des personnes qui veulent s'installer, a précisé M. Pinatel.

Vos commentaires