En ce moment
 
 

Notre-Dame: des conventions pour que l'Etat touche les dons

Notre-Dame: des conventions pour que l'Etat touche les dons
Vue aérienne de Notre-Dame de Paris, prise le 14 juillet 2019Kenzo TRIBOUILLARD

Le ministre de la Culture Franck Riester a signé lundi des conventions permettant d'engager le reversement effectif à l’Etat des dons collectés par trois fondations et le Centre des Monuments nationaux, dans le cadre de la souscription nationale lancée pour Notre-Dame.

Elles ont été signées avec Philippe Bélaval (Centre des Monuments nationaux, CMN), Pierre Sellal (Fondation de France), Mgr Michel Aupetit (Fondation Notre-Dame) et Guillaume Poitrinal (Fondation du Patrimoine).

A la suite de l’incendie du 15 avril, 850 millions d'euros de dons et promesses de dons ont été annoncés, par des particuliers et des entreprises, en France et à l'étranger. Franck Riester a précisé récemment qu'"un peu plus de 10%" des promesses de dons ont été "concrétisées".

Après l’adoption mi-juillet de la nouvelle loi Notre-Dame, "ces conventions doivent permettre aux fondations et au CMN de reverser à l’Etat le produit de la collecte, en garantissant aux donateurs français et étrangers une gestion rigoureuse et transparente de leurs dons", a souligné M. Riester.

Ces dons seront dédiés "aux travaux de conservation et de restauration de la cathédrale et de son mobilier dont l’Etat est propriétaire" ainsi qu’à "la formation de professionnels des métiers du patrimoine dont les compétences seront requises" pour les travaux.

Selon la Fondation du Patrimoine, en vue d'"assurer que les dons seront destinés à l’usage qui leur est dû", la convention que M. Poitrinal a signée avec M. Riester fait suite à "de nombreux échanges" avec le ministère et les représentants du futur établissement public prévu par la nouvelle loi.

Cette dernière "ne suffisait pas" et "il fallait donc un protocole qui organise" l'utilisation cohérente des dons, a souligné M. Poitrinal auprès de l'AFP

La convention signée entre la Fondation du Patrimoine et l'Etat permet de procéder à un premier versement (44 millions d'euros issus des 54,5 millions déjà encaissés), exclusivement "pour restaurer et rebâtir", a déclaré M. Poitrinal, puis "d’engager la signature rapide de protocoles" avec 70 grands mécènes sur l'utilisation de quelque 170 millions qu'ils se sont engagés à verser. Des sommes qui pourraient aussi être en partie utilisés pour des aménagements extérieurs et les formations des artisans.

Vos commentaires