En ce moment
 

Orages: 136.000 foyers toujours privés d'électricité en Nouvelle-Aquitaine

Orages: 136.000 foyers toujours privés d'électricité en Nouvelle-Aquitaine
Orages à Bordeaux le 1er juillet 2018Nicolas TUCAT

Environ 136.000 foyers étaient toujours privés d'électricité jeudi matin en Nouvelle-Aquitaine, surtout en Dordogne, au lendemain de violents orages, a indiqué le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité, Enedis.

"Nous avons toujours pas moins de 95.000 clients coupés en Dordogne (75.000), Lot-et-Garonne (8.000), Gironde (12.000), Corrèze (26.000), Haute-Vienne (12.000) et Poitou-Charentes (3.000)", a indiqué à l'AFP Xavier Salon, directeur de la communication chez Enedis Aquitaine Nord.

"Il y a d'importants dégâts, les orages ont été exceptionnellement violents", selon M. Salon, précisant que des poteaux avaient été cassés, principalement en raison d'arbres abattus par les intempéries.

Enedis prévoit de faire un point à la mi-journée pour évaluer le retour à la normale qui posait surtout problème en Dordogne, où jusqu'à 110.000 foyers ont été privés d'électricité mercredi.

"Ce département a connu un phénomène exceptionnel. Il n'y avait pas eu ce genre de tempête depuis dix ans (...) Le diagnostic est toujours en cours", a précisé M. Salon.

Des renforts humains et matériels étaient en cours d'acheminement jeudi matin, principalement vers la Dordogne et la Corrèze voisine.

En Corrèze, un cycliste de 64 ans, originaire de Loire-Atlantique, est mort d'un "arrêt cardio-respiratoire" après avoir été blessé par la chute d'un arbre dans un parc à Objat, où il participait à un rassemblement de cyclo-tourisme.

En Charente, également en vigilance orange mercredi, de violents orages de grêle ont provoqué d'importants dégâts matériels. Les vents ont soufflé jusqu'à près de 100 km/heure, endommageant 800 maisons, notamment dans le village de Saint-Sornin où toitures et véhicules ont été pilonnés par les grêlons. Plusieurs dizaines de sinistrés ont été abrités pour la nuit dans deux gymnases ouverts par les secours.

Côté ferroviaire, le trafic a été principalement suspendu au sud de Bordeaux et en Dordogne en raison de chutes d'arbres sur de nombreuses lignes. Il reprenait progressivement jeudi matin avec des retards divers et des suppressions de trains, selon la SNCF.

Aucun train ne circulait entre Brive et Limoges en raison d'arbres à tronçonner, et entre Périgueux et Agen afin de vérifier si les voies étaient dégagées.

Vos commentaires