En ce moment
 
 

Paris: Hidalgo lance sa bataille du périphérique

Paris: Hidalgo lance sa bataille du périphérique
Embouteillage sur le périphérique parisien en novembre 2020THOMAS COEX
 
 

D'une "ceinture grise" à une "ceinture verte" où les arbres remplaceront une voie de circulation: la maire PS de Paris Anne Hidalgo a présenté mercredi son projet de transformation du périphérique emprunté chaque jour par un million d'automobilistes.

Une semaine après avoir proposé de verdir l'avenue des Champs-Élysées, elle s'est lancée sans le feu vert préalable de l’État.

L'ex-candidate du PS à la présidentielle est décidée à tourner la page de son score désastreux du 1er tour (1,74%) en reprenant au plus vite l'initiative et les grands dossiers de son second mandat, qui court jusqu'en 2026.

Et ce d'autant plus que celui du réaménagement de la Tour Eiffel vient de subir deux coups durs, entre le renoncement à l'abattage d'arbres au pied de la Dame de Fer - pour construire des bâtiments - et l'opposition du préfet de police Didier Lallement.

L'élue socialiste a donc mis un coup d'accélérateur sur un autre sujet ultra-sensible, la transformation en "boulevard urbain" du périphérique, lui valant d'être immédiatement accusée à droite de mener "une politique anti-banlieue".

- Dix hectares à gagner -

Plusieurs maires de la petite couronne, majoritairement de gauche, sont en revanche venus appuyer le projet mercredi lors d'une conférence de presse où Mme Hidalgo a confirmé que la "voie olympique" réservée aux participants lors des Jeux Olympiques de 2024 serait ensuite pérennisée et réservée aux bus, taxis et covoiturage.

Selon son adjoint (EELV) aux mobilités David Belliard, l'encouragement au covoiturage pourrait permettre de retirer 80.000 véhicules de l'axe circulaire de 35 km.

A l'horizon 2030, le périphérique ne comptera plus quatre voies comme le plus souvent, mais trois, a précisé M. Belliard.

La place gagnée - 10 hectares - le sera au profit des arbres, avec 20.000 plantations de plus que les 50.000 déjà promises d'ici 2024.

L'avènement de la "nouvelle ceinture verte" passera aussi par la rénovation des portes de Paris: cinq "places" doivent être livrées et six engagées d'ici les Jeux, et sept autres "entièrement réhabilitées" d'ici 2030.

Mme Hidalgo veut ainsi offrir aux 500.000 habitants vivant de part et d'autre de cet axe rapide un "cadre de vie plus harmonieux, plus agréable".

Mais la "livraison de nouveaux quartiers aux abords" du périph' dérange ses alliés écologistes, qui réclament un "moratoire sur les constructions" jusqu'à la transformation effective en boulevard urbain afin de ne pas exposer "les habitants et les travailleurs" à la pollution, a souligné l'élu EELV Émile Meunier à l'AFP.

Autre point de désaccord avec les écologistes: l'abaissement de la vitesse de 70 à 50 km/h que ces derniers réclament. "Ce n'est pas le sujet aujourd'hui, ça viendra peut-être plus tard", a répondu Mme Hidalgo à l'AFP.

- L’État prévient, la droite s'oppose -

Surtout, bien que le périphérique soit une infrastructure municipale, Mme Hidalgo ne peut se passer de l'accord de l’État sur la circulation.

Selon la préfecture de police, le périphérique fait ainsi partie des voies pour lesquelles la maire de Paris doit lui communiquer "les projets de modification avant leur mise en œuvre".

"Seul le principe d'une voie réservée" pour les JO "a été validé", souligne la préfecture. "Mme Hidalgo en parlera avec le futur gouvernement", répond son premier adjoint Emmanuel Grégoire.

Mme Hidalgo, dont le premier mandat avait été marqué par un long combat judiciaire pour transformer en promenade piétonne les voies sur berges de la rive droite, entend mener "toutes les concertations légales" et promet "d'écouter" les automobilistes lors d'un "carrefour des mobilités" organisé en septembre.

"Pas la moindre étude d'impact n'a été versée au débat pour analyser les conséquences d'une telle décision pour les Parisiens et les Franciliens", a fustigé dans un communiqué son opposition LR.

Radicalement opposée au projet, la présidente de droite de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, qui avait fin 2021 organisé une consultation en ligne dans laquelle 90% des votants s'opposaient à la "suppression" d'une voie sur le périphérique, n'a pas tardé à réagir.

Dans un communiqué, la région annonce saisir la Commission nationale du débat public (CNDP) pour qu'une "vraie concertation soit enfin organisée" sur le sujet.

"La Ville de Paris ne peut s'entêter à faire cavalier seul sans à aucun moment évaluer les conséquences d’un rétrécissement définitif du périphérique", dit la région pour qui 40% des trajets sur le périph' se font de banlieue à banlieue, et 80% des usagers sont non-parisiens.


 

Vos commentaires