Passerelle effondrée à Miami: plus d'espoir de retrouver de survivants

Passerelle effondrée à Miami: plus d'espoir de retrouver de survivants
Les décombres de la passerelle qui s'est effondrée le 15 mars 2018 à MiamiAntoni BELCHI

Les autorités n'avaient plus espoir vendredi de retrouver des survivants au lendemain de l'effondrement d'une passerelle inachevée sur un axe routier à six voies à Miami, qui a fait au moins six morts.

"La nuit dernière, nous sommes passés d'une mission de recherche et sauvetage à une opération de récupération et d'enquête", a indiqué Maurice Kemp, adjoint au maire de la ville de Sweetwater, lors d'une conférence de presse vendredi matin.

La travée avait été posée samedi mais l'ouvrage de 950 tonnes devait ouvrir au public en 2019 pour relier l'université internationale de Floride (FIU) aux bâtiments où logent les étudiants. Un bout se trouve sur la commune de Miami et l'autre sur celle de Sweetwater.

"Il n'y a plus de survivant", a souligné le chef des pompiers de Floride Dave Downey, tandis que le directeur de la police du comté de Miami-Dade, Juan Perez, a précisé que les autorités "s'attendent à trouver d'autres personnes" dans les véhicules coincés sous les décombres.

Raison pour laquelle aucun nouveau bilan n'est donné vendredi matin, a relevé M. Perez. Le dernier faisait état de six morts et de dix personnes hospitalisées.

Seul élément communiqué: un étudiant de FIU fait partie des victimes décédées, mais aucun autre détail n'a été transmis.

Huit voitures au moins ont été prises au piège, avaient indiqué les pompiers jeudi. Une grue a été dépêchée sur place pour dégager la chaussée et une centaine de pompiers, dont des brigades canines, ont été déployés.

Le patron de l'agence fédérale de sécurité dans les transports (NTSB) Robert Sumwalt a indiqué qu'une équipe de quinze enquêteurs se trouvait sur le site de l'accident, et devrait rester cinq à sept jours.

"Ce sera une enquête très minutieuse", a-t-il assuré, précisant qu'il s'agit de déterminer la cause de l'accident et d'émettre des recommandations pour éviter qu'un tel drame ne se reproduise. "Mais ce n'est lié en aucun cas à d'éventuelles inculpations", a-t-il martelé.

A ce sujet, M. Perez a expliqué qu'une enquête pour homicide avait été ouverte "parce que des personnes sont mortes mais cela ne veut pas dire qu'il y aura des inculpations criminelles".

Vos commentaires