En ce moment
 
 

Pauvreté: des "points conseil budget" pour prévenir le surendettement

Pauvreté: des
Guichets au "Crédit Municipal", avril 2019Thomas SAMSON

Précarité, dettes, accidents de la vie: au "point conseil budget" du Crédit municipal de Paris, on propose un accompagnement budgétaire aux plus fragiles pour éviter qu'ils ne tombent dans la spirale du surendettement, qui touche de plus en plus de personnes, y compris en emploi.

Soad Gaid, 66 ans, s'est endettée en s'engageant dans des soins de santé, pourtant vitaux. Vivant avec 1.000 euros par mois, elle s'est retrouvée dépourvue à plus d'un titre quand elle a perdu ses dents.

"Quand j'ai voulu prendre un crédit pour payer mes soins, toutes les portes se sont fermées. J'étais désespérée", témoigne auprès de l'AFP cette retraitée modeste, qui a fait du mannequinat avant d'exercer plusieurs petits boulots. "Je fais très attention, je ne fais plus de folie depuis bien longtemps, mais cet extra-là j'en avais besoin".

Aiguillée vers le point conseil budget (PCB) du Crédit municipal de Paris, cette Parisienne bénéficie depuis juin d'un accompagnement budgétaire personnalisé, qui lui a permis d'accéder à un microcrédit social, qu'elle rembourse à hauteur de 40 euros par mois pendant 4 ans.

Prévues depuis 2013 dans le plan pauvreté précédent, ces structures d'accueil des publics fragiles financièrement ont fait l'objet d'une expérimentation dans quatre régions.

Dans le cadre de la stratégie pauvreté présentée il y a un an par Emmanuel Macron, 150 PCB doivent être labellisés d'ici fin 2019, recevant de l'Etat 15.000 euros par an chacun, sur 400 au total en 2020 pour venir en aide à 220.000 ménages, selon le gouvernement.

"Le PCB a été développé dans l'idée de prévenir le surendettement, l'accompagner pour en sortir et éviter qu'il recommence", décrit Camille Pamies, directrice de l'accompagnement budgétaire et de l'innovation sociale au Crédit municipal de Paris, l'un des premiers à l'avoir expérimenté.

Ils reçoivent la personne, établissent un diagnostic et l'aident à rééquilibrer son budget. Ils peuvent être amenés à renégocier des crédits avec les créanciers. Si une décision a été prise par la commission de surendettement, ils peuvent aider la personne à la mettre en œuvre.

- Coût de la vie -

Un travail à la limite entre le social, l'humain et le bancaire qui a bénéficié au Crédit municipal de Paris à près de 3.000 personnes en 2018, dont 1.600 nouveaux cas.

Elisabeth, 56 ans, y est suivie depuis 2015. Quand elle a poussé la porte du PCB, cette fonctionnaire n'y "arrivait plus".

Entre un prêt à la banque, un crédit à la consommation et un niveau de vie qu'elle décrit comme "assez élevé", Elisabeth a vu son "taux d'endettement exploser". "Quand vous êtes acculé vous ne pensez plus qu'à ça et vous rentrez dans une spirale", témoigne à l'AFP cette enseignante qui touche plus de 2.500 euros par mois et se dit "incapable" de gérer son argent.

Avec son accompagnatrice, elle apprend à établir un budget en début de mois, prioriser ses dépenses pour le tenir, et même préserver une petite somme à chaque fin de mois, ce qui lui paraissait auparavant "inconcevable".

"Aujourd'hui je ne me sens plus dans la tourmente, mais j'ai hâte de m'en sortir pour retrouver une certaine liberté", poursuit Elisabeth, qui a vu son dossier de surendettement accepté par la Banque de France, ce qui lui permis d'échelonner ses dettes jusqu'en 2023.

En 2017, 3,25 millions de personnes étaient identifiées en fragilité financière par les banques, un chiffre en hausse de 4% en un an.

Si de nombreux retraités et femmes avec enfants à charge sont accompagnées, "la problématique du surendettement ne s'adresse pas qu'à des publics en grande précarité, nous avons beaucoup des personnes qui sont en emploi, touchent un salaire, et rencontrent d'importantes difficultés financières", souligne Nadia Chekkouri, coordinatrice prévention des difficultés financières au Crédit municipal de Paris.

Pour cette ancienne banquière reconvertie dans le social, "personne n'est épargné par le coût de la vie et le poids de la société de consommation".

Vos commentaires