En ce moment
 

Plus de 40% des travailleurs ne reçoivent pas de formation, selon une étude d'Acerta

(Belga) Seuls 60% des travailleurs bénéficient d'une formation générale, "un pourcentage étonnamment faible", estiment vendredi le prestataire de services RH Acerta et Jobat.be après une étude auprès d'environ 3.700 personnes. L'an dernier, 41% des sondés n'ont suivi aucune formation générale et 49% n'ont suivi aucune formation technique.

Sur le plan légal, les employeurs sont normalement obligés de prévoir au moins deux jours de formation par travailleur et par an, dans le cadre de la loi Peeters sur le travail faisable et maniable. "Une formation veille à ce que les travailleurs restent employables, que vous ayez, en tant qu'entreprise, une réponse à la robotisation et l'automatisation croissantes, que vous puissiez engager selon les talents et les compétences plutôt que les aptitudes concrètes et que vous deveniez un employeur attrayant", explique Benoît Caufriez, directeur chez Acerta Consult, évoquant un "double gain". Un travailleur sur trois (32%) souhaite par ailleurs un budget de formation personnel, même au détriment du salaire brut. "Il s'agit ici de formations au sens large du terme, donc aussi des formations sans lien avec le travail", précise ce responsable d'Acerta. Et 37% des sondés déclarent être prêts à investir eux-mêmes dans une formation qui les aide à exécuter encore mieux leurs tâches actuelles. Mieux même: plus de 50% sont prêts à investir leurs propres fonds et moyens dans des formations qui éveillent leur intérêt mais ne présentent pas du tout de lien avec le contexte professionnel actuel ou éventuellement futur chez leur employeur. Pour Benoît Caufriez, lorsqu'il s'agit de formations susceptibles d'être bénéfiques pour le travailleur et l'employeur, il est idéal que leur réalisation ait lieu de commun accord, en se concentrant sur la motivation du premier ainsi que les résultats pour le second. Il ressort pourtant de l'étude que seules 34% des entreprises vérifient si les éléments appris sont effectivement appliqués sur le lieu de travail. "Ce faible taux laisse supposer que les employeurs les considèrent encore trop souvent comme une perte de temps et non une opportunité", analyse le prestataire de services RH. Enfin, 64% des travailleurs interrogés suivent de préférence des formations en interne, dans l'entreprise et avec les collègues. Seuls 34% ont lieu en dehors de l'entreprise. (Belga)

Vos commentaires