En ce moment
 
 

A Lille, vignette obligatoire pour circuler, la police opte pour la prévention

"Si vous n'avez pas de vignette, je vais vous inviter à faire demi-tour" : mercredi matin dans la métropole lilloise, où les véhicules les plus polluants ont l'interdiction de circuler à cause du pic de pollution, les policiers privilégient la prévention à la sanction.

"Bonjour Monsieur, puis-je voir votre vignette Crit'air ?", demande un policier à un automobiliste sur une départementale à la frontière entre Faches-Thumesnil, commune non visée par le dispositif, et Ronchin, qui l'est.

"Vous entrez dans la zone concernée, vous devez avoir une vignette. Vous n'avez pas de vignette, en principe, c'est une amende de 68 euros. Pour cette fois-ci, je vais vous demander de faire demi-tour", explique-t-il.

Et conseille même : "Vous pouvez aussi vous faire accompagner par un collègue parce que si vous faites du covoiturage, vous êtes autorisés à entrer dans la zone".

Le Nord et le Pas-de-Calais sont en niveau d'alerte sur persistance de pollution aux particules fines (PM 10) depuis lundi, ce qui a poussé la préfecture du Nord à instaurer pour la première fois dans la métropole lilloise la circulation différenciée.

Ainsi, de 06H00 à minuit mercredi, seuls les véhicules équipés d’une vignette Crit'air 0, 1, 2 et 3 sont autorisés à circuler dans un périmètre qui couvre une douzaine de communes. Peuvent aussi circuler les poids lourds aux normes Euro 4, 5 et 6, les deux-roues, les véhicules utilisés à des fins de covoiturage et ceux bénéficiant d'une dérogation. La vignette coûte un peu plus de trois euros.

"A partir du moment où les gens cessent l'infraction, on ne les verbalise pas et ils préfèrent faire demi-tour plutôt que d'être verbalisés", explique Franck Metsu, commandant de police. "Mais il y aura des sanctions pour les gens qui sont dans le périmètre concerné", prévient-il.

Au total, 68 personnes ont été verbalisées, sur 850 contrôles, soit 7 pour excès de vitesse et 61 pour absence de vignette ou "vignette inappropriée", selon un bilan du préfet de région Michel Lalande sur France 3 Hauts-de-France dans la soirée. Il y a eu "moins de circulation aux heures de pointe" et "une empreinte carbone moins importante, incontestablement", s'est-il félicité.

- "La vignette quoi ?" -

"On fait beaucoup de pédagogie, la plupart sont avisés, certains sont surpris, certains font l'air d'être surpris, mais ça fera bientôt deux ans qu'on demande aux gens de s'équiper de la vignette Crit'air", commente le commandant de police. Ainsi, selon lui, sur dix véhicules, "deux à trois font demi-tour, il y a un taux d'équipement en vignette assez important".

Florian, 32 ans, fait figure de bon élève avec sa vignette sur le pare-brise, mais s'il pense que c'est une "bonne mesure" pour l'environnement, il se questionne : "Est-ce la meilleure solution de taxer les automobilistes ? C'est comme la taxe sur le carburant, ce sont toujours les mêmes personnes qui paient".

"Je travaille en intérim, en décalé, je n'écoute pas toujours les informations, donc je n'étais pas au courant, et là je suis bloqué, je vais perdre un contrat pour des conneries", tempête Michel, 44 ans. "On nous empêche d'aller travailler, par contre les charges et tout ça, ça continue !", renchérit Sébastien, 35 ans.

"La vignette quoi ?", rétorque plus loin Marcelle, 76 ans, au policier. "La vignette qui vous autorise, selon le degré de pollution de votre véhicule, à accéder en ville", lui répond-il en expliquant la marche à suivre pour l'obtenir. "Je n'ai jamais entendu parler de ça... Comment vous dites ?"

Le même dispositif qu'à Lille sera appliqué jeudi à Lyon. En revanche, à Paris et en proche banlieue, toutes les restrictions seront levées jeudi.

Vos commentaires