Porté par ses ventes annuelles, Hermès vogue vers une marge record en 2017

Porté par le succès de ses sacs, Hermès a signé en 2017 un nouveau record de ventes malgré un ralentissement au dernier trimestre, et devrait atteindre pour l'exercice un niveau historique de marge.

Le sellier-maroquinier du faubourg Saint-Honoré a totalisé 5,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires l'an dernier, en progression de 6,7% en données publiées.

Sa croissance organique s'affiche à 8,6%, soit supérieure à l'exercice 2016 (+7,4%), une croissance "particulièrement saine puisqu'elle repose essentiellement sur une augmentation des volumes", a souligné le groupe dans son communiqué jeudi.

"2017 a été une belle année, nous avons accéléré notre croissance, qui est encore une fois supérieure à la progression moyenne du secteur. Il y a une contribution très équilibrée entre les métiers et les zones géographiques", s'est félicité le président du groupe, Axel Dumas, lors d'une conférence téléphonique.

Selon lui, "Hermès démontre sa solidité année après année", malgré un contexte "très instable et volatil" et "le renforcement des incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde".

Jeudi à 9H30 à la Bourse de Paris, le titre était quasi stable à +0,05% (432 euros), dans un marché en baisse de 0,35%.

Le fabricant des célèbres carrés de soie et des sacs Birkin et Kelly ne publiera que le 21 mars ses résultats annuels. Il avait franchi en 2016 le cap du milliard d'euros de bénéfice net, assorti d'une rentabilité historique - avec une marge opérationnelle atteignant 32,6% des ventes.

Jeudi, il a d'ores et déjà indiqué que sa "rentabilité opérationnelle en 2017 devrait être proche du niveau record atteint au premier semestre 2017" - soit une marge de 34,3% - en raison du "succès des collections au second semestre, de la très bonne productivité des sites de production et de l'impact positif des couvertures de change issues de l'année 2016".

- problèmes de stocks -

Lors du dernier trimestre de l'année, le groupe a cependant connu un net ralentissement de ses ventes (-0,4% en données publiées, +4,6% en organique), principalement dû à des stocks "un peu bas en raison d'une très forte demande", selon Axel Dumas.

Il a souligné que pour satisfaire les demandes pour les sacs emblématiques de la maison, Hermès "poursuivait ses projets d'augmentation des capacités" avec l'ouverture prévue de deux nouvelles manufactures en France à l'horizon 2020.

La division Maroquinerie et Sellerie, pilier du groupe, affiche pour 2017 un chiffre d'affaires de 2,8 milliards d'euros, en croissance (organique) de 9,7% sur un an, soit "en ligne avec nos attentes", a relevé M. Dumas.

La division Vêtement et Accessoires progresse de 9,4%, tandis que celle de la Soie et des Textiles s'affiche en hausse de 5,7%.

Les Parfums bondissent de 10,1%, "grâce notamment au lancement réussi de Twilly d'Hermès". De son côté, l'Horlogerie est en petite hausse de 1,4%.

Par zones géographiques, l'Asie a totalisé à elle seule 2,6 milliards d'euros de chiffre d'affaires (+9,2% en organique), avec un "contexte qui s'améliore à Hong Kong et Macao" et "des perspectives favorables en Chine continentale et dans les pays d'Asie du sud".

En Europe, les ventes progressent de 7,6% grâce à "une excellente performance dans les magasins du groupe", tandis qu'en France l'activité s'affiche à +5%.

Hermès ne communique pas de perspectives chiffrées pour les exercices à venir, mais indique qu'à moyen terme, "malgré le renforcement des incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde", il "confirme un objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants ambitieux".

"Je suis confiant pour l'avenir, nous allons continuer à ce rythme", a résumé Axel Dumas.

Vos commentaires