En ce moment
 
 

Pourquoi la monnaie chinoise chute ?

Pourquoi la monnaie chinoise chute ?
Des billets de 100 yuan à Pékin, le 13 août 2018FRED DUFOUR

Le yuan, la monnaie chinoise, a chuté d'environ 4% en août pour atteindre son point le plus bas en plus de 11 ans lundi, une baisse susceptible d'exacerber davantage les tensions commerciales avec Washington.

Voici cinq choses à savoir sur la glissade du yuan :

- Pourquoi le yuan s'est-il déprécié ?

Parce que la Chine l'autorise.

La Chine limite les fluctuations quotidiennes du yuan par rapport au dollar en fixant un taux de référence journalier, autorisant une marge d'évolution de la devise de 2%, à la hausse comme à la baisse.

L'objectif est de maintenir un équilibre sur le marché des changes, en se prémunissant contre l'instabilité qui peut se produire sur les marchés financiers en Chine, encore immatures.

Mais la Chine a régulièrement fixé le taux de référence à un niveau plus bas ces dernières semaines - et a apparemment cessé d'utiliser ses réserves de change pour soutenir le yuan - alors que le conflit avec Washington s'est durci.

- Qu'est-ce que la Chine en retire ?

Un yuan plus faible contrebalance l'effet du renchérissement des tarifs douaniers, voulu par le président américain Donald Trump pour faire pression sur la Chine, afin qu'elle modifie ce que Washington considère comme des pratiques commerciales déloyales.

Les États-Unis ont imposé des droits de douane sur de grandes quantités de produits chinois, ce qui les rend plus chers et donc moins attrayants aux yeux des acheteurs américains. Un yuan plus faible, cependant, a pour effet de réduire les prix en dollars des biens chinois, ce qui atténue une partie de l'impact des hausses de droits de douane.

La croissance de l'économie de la Chine ralentissait déjà considérablement avant la guerre commerciale, et les responsables politiques à Pékin sont soucieux d'éviter que leur secteur manufacturier, locomotive de la croissance, n'en pâtisse davantage.

- Quels sont les risques pour la Chine et le monde ?

Les détracteurs de la Chine aux États-Unis accusent depuis longtemps Pékin de sous-évaluer artificiellement le yuan pour obtenir un avantage à l'exportation, et un yuan encore plus faible est susceptible d'ajouter de l'eau à leur moulin.

Au début du mois, Trump avait déjà accusé Pékin de faire du yuan une arme commerciale après que la monnaie chinoise eut franchi la barre des 7,0 yuan pour un dollar, "une manipulation" susceptible de déclencher de nouvelles mesures de rétorsion.

Si elle n'est pas maîtrisée, une baisse continue du yuan pourrait également miner la confiance des investisseurs dans l'économie chinoise et provoquer une fuite des capitaux. Mais elle augmente aussi le risque de turbulences mondiales en incitant d'autres pays émergents à dévaluer leur monnaie afin de rester compétitifs.

- Pourquoi Pékin pourrait être tentée par l'escalade?

Alors que la dégradation des relations sino-américaines semble inéluctable, Pékin a sans doute fait le calcul qu'il n'a rien à perdre à laisser se déprécier le yuan. Plus tôt ce mois-ci, le cabinet Capital Economics relevait que la Chine "semble avoir décidé que, étant donné que la perspective d'un accord commercial avec les États-Unis s'éloigne, le soutien décisif apporté aux exportations chinoises par la dépréciation de la monnaie vaut la peine de se fâcher avec Trump".

Ce faisant, la Chine évite de puiser dans ses énormes réserves de devises pour soutenir le yuan, comme elle l'avait fait par le passé afin de contredire les accusations américaines selon lesquelles la monnaie est artificiellement faible.

- Où cela va-t-il s'arrêter?

En l'absence de résolution du conflit commercial en vue, les analystes s'attendent à ce que le yuan continue à s'affaiblir, dès lors que la Chine continue d'utiliser l'arme monétaire et des mesures de relance intérieure pour surmonter la guerre commerciale.

Le groupe bancaire UBS prévoit que le yuan, qui s'est affaibli à 7,14 pour un dollar lundi, pourrait baisser à 7,2 à la fin de l'année et à 7,3 à la fin de 2020. Capital Economics, quant à lui, prévoit qu'il atteindra 7,30 d'ici la fin 2019 et 7,50 l'année suivante.

Vos commentaires