En ce moment
 
 

Prison de Poissy: effondrement d'une partie du mur d'enceinte

Prison de Poissy: effondrement d'une partie du mur d'enceinte
Le mur d'enceinte de la prison de Poissy (Yvelines) après son effondrement, le 28 mars 2019Thomas SAMSON

Le mur d'enceinte de la maison centrale de Poissy (Yvelines) s'est effondré sur une "trentaine de mètres" jeudi en fin de matinée sans faire de blessés, alors que des travaux étaient en cours sur cette structure, a-t-on appris de sources concordantes.

Dans le cadre de travaux "de rénovation et de renforcement" de ce mur d'enceinte qui donne sur la rue, une partie de la construction s'est effondrée, a indiqué la Direction de l'administration pénitentiaire.

Il n'y a pas "de béance" au niveau de la prison, prévient cependant la même source: "Le chemin de ronde (et donc l'établissement)" est "toujours protégé par la partie intérieure du coffrage", qui fait environ 5 mètres, et par "le mur de l'établissement".

Des policiers nationaux et municipaux, ainsi que des membres des équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS, forces spécialisées dans les prisons) "sont sur place afin de renforcer la sécurisation", selon la même source.

"Un cloisonnement provisoire va être rapidement mis en place" et "les forces de sécurité resteront sur place jusque-là", ajoute l'administration.

"Il n’y a pas d’incidence sur la vie en détention", "l’ensemble des activités est maintenu", a précisé le porte-parole de la Chancellerie, Youssef Badr.

"Ce n'est pas un malheureux accident", a toutefois estimé Erwan Saoudi, délégué régional FO. La centrale de Poissy est "ultra-vétuste depuis des années et il a fallu maintes études sur sa réhabilitation avant que les fonds ne soient débloqués" pour les travaux, a-t-il indiqué à l'AFP, dénonçant "le manque de moyens et la vétusté dans laquelle on laisse les établissements pénitentiaires".

"On attend qu'ils s'écroulent avant d'injecter de l'argent", a-t-il encore déploré, qualifiant cet évènement d'"inédit".

"On venait de faire un tract pour dénoncer la vétusté de la prison", a ajouté un délégué syndical CGT-Pénitentiaire.

La maison centrale de Poissy, située dans le centre de cette commune des Yvelines, accueille quelque 200 détenus qui purgent des peines longues.

"Je suis très en colère", a réagi le maire LR de la ville, Karl Olive, affirmant avoir "alerté" l'administration pénitentiaire et la garde des Sceaux en mai 2018, puis en octobre, sur la vétusté de la prison.

"Depuis que je suis arrivé aux commandes de cette ville, je demande le déplacement de la prison", édifiée sur un ancien couvent en 1821 auquel se sont ajoutés de nouveaux bâtiments en 1975, a ajouté le maire.

La Chancellerie a confirmé avoir été sollicitée par le maire "pour demander la fermeture de la centrale".

"Il ne nous a pas mis en demeure ou fait des propositions de terrains ou de proposition de financement pour une reconstruction sur un autre site", a poursuivi le porte-parole de la Chancellerie, qui a précisé que "la fermeture de l'établissement n'a jamais été envisagée, seul son +déclassement+ en qualité de maison centrale est à l'étude".

Vos commentaires