En ce moment
 

Procès Pastor: Janowski condamné à perpétuité pour les meurtres d'Hélène Pastor et de son chauffeur

Après cinq semaines d'un procès-fleuve, Wojciech Janowski a été reconnu coupable mercredi d'avoir commandité l'assassinat de sa belle-mère, la milliardaire monégasque Hélène Pastor, et de son chauffeur, en mai 2014 à Nice, et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d'assises des Bouches-du-Rhône.

Ses avocats Eric Dupond-Moretti et Luc Febbraro ont aussitôt annoncé qu'ils feraient appel de ce verdict prononcé après 5 heures 30 de délibération. L'avocat général avait requis la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté qui n'ont pas été retenus par la cour.

Le tireur, Samine Said Ahmed, et le guetteur et recruteur, Al Haïr Hamadi, ont eux aussi été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité. Pascal Dauriac, le coach sportif de Wojciech Janowski, que ce dernier avait chargé d'organiser les crimes, a quant à lui été condamné à 30 ans de réclusion. Des peines allant jusqu'à 15 ans de réclusion criminelle ont été prononcées à l'encontre de quatre autres accusés, et deux ont été acquittés.

Mes Dupond-Moretti et Febbraro se sont aussi étonnés "de la rapidité de ce délibéré, 5 heures pour statuer du sort de 10 accusés". "C'est un record", a réagi Me Dupond-Moretti. Pour Me Febrarro "des questions centrales ont été évacuées, c'est une amère déception".

Selon lui "le tournant dans ce procès a été le visionnage des aveux de Janowski", en garde à vue, en juin 2014 --il s'était ensuite rétracté. Il avait alors "des accents de sincérité: soit on le croit et on l'acquitte pour (l'assassinat du chauffeur) Mohamed Darwich, (soit) cette condamnation est incompréhensible", a estimé Me Febbraro.

Peu avant l'énoncé du verdict, M. Janowski était entré dans le box, un léger sourire aux lèvres: après la sentence, Me Febbraro l'a décrit comme un homme "dans un effondrement psychologique".

- "Le jury n'a pas été dupe" -

La fille de la milliardaire et compagne de Janowski, Sylvia a quitté discrètement la cour sans un mot. En revanche son demi-frère Gildo Pallanca-Pastor a affiché, devant la presse, sa satisfaction. "C'est une condamnation exemplaire. J'ai toujours été certain de la culpabilité de Wojciech Janowski. Le jury n'a pas été dupe de son ultime manipulation, ses aveux de dernière minute, une ultime tentative pour se soustraire à ses responsabilités", a-t-il réagi auprès de l'AFP.

Mercredi matin, Wojciech Janowski - qui n'a jamais directement avoué durant tout le procès - avait présenté "ses excuses" à sa compagne et ses enfants. La veille, ses avocats Eric Dupond-Moretti et Luc Febbraro avaient concédé que leur client était coupable d'avoir commandité l'assassinat d'Hélène Pastor, mais pas celui de son chauffeur Mohamed Darwich.

Son but, selon ses avocats: protéger sa compagne, la fille d'Hélène Pastor, alors malade et malmenée psychologiquement par sa mère, selon eux. Mais pour l'accusation, son mobile était avant tout l'argent: Wojciech Janowski, financièrement au bord du gouffre, voulait s'approprier une partie de l'héritage laissée par Mme Pastor à ses deux enfants.

Depuis le début du procès, le 17 septembre, l'ex-consul honoraire de Pologne à Monaco avait toujours nié être le commanditaire des meurtres d'Hélène Pastor et de son chauffeur, tombés dans un guet-apens le 6 mai 2014 alors qu'ils quittaient, en voiture, un hôpital niçois.

"Je ne suis pas le commanditaire, je n'ai rien fait", avait-il lancé avec aplomb à plusieurs reprises, une défense qui avait été ébranlée par la projection à l'audience de la vidéo de la garde à vue durant laquelle il avait reconnu les faits, conduisant ses deux avocats à faire volte-face.

Mercredi matin, les neuf autres accusés ont aussi pour la plupart demandé pardon aux deux familles des victimes. "Je voudrais demander pardon à chaque membre de la famille Darwich, à chaque membre de la famille Pastor," a déclaré Pascal Dauriac, qui avait mis en cause Janowski dès le début de l'enquête.

Vos commentaires