En ce moment
 

PSA bat un record de ventes au premier trimestre et se stabilise en Chine

PSA bat un record de ventes au premier trimestre et se stabilise en Chine
Le président du directoire de PSA Peugeot Citröen Carlos Tavares, le 9 novembre 2017lors d'une conférence de presse au siège d'Opel à Russelsheim, en Allemagne Daniel ROLAND

Le constructeur automobile PSA a publié mardi un chiffre d'affaires en hausse de 42,1% à 18,2 milliards d'euros au premier trimestre, atteignant un volume de ventes record grâce à l'intégration d'Opel Vauxhall et à l'arrêt de l'hémorragie en Chine.

Hors prise en compte du rachat d'Opel effectué l'été dernier, le chiffre d'affaires de la division automobile, avec les trois marques Peugeot, Citroën et DS, a tout de même progressé de 13,3%, à 10,2 milliards d'euros.

L'équipementier Faurecia, filiale de PSA, a contribué au chiffre d'affaires pour 4,3 milliards d'euros (+2,6% par rapport au premier trimestre 2017).

Le groupe s'est notamment félicité d'une hausse de ses volumes de ventes dans toutes les régions du monde, y compris en Chine, avec un record historique de 1,05 million de véhicules vendus.

Il est en bonne voie pour dépasser les quatre millions d'unités sur l'année 2018, comme l'avait annoncé le président du directoire Carlos Tavares lors de la présentation des résultats annuels début mars.

M. Tavares avait également promis du mieux sur le marché chinois, le point faible de PSA, où les ventes se sont écroulées de 37% l'an dernier, passant de 610.000 à 387.000 véhicules écoulés. "Les ventes commencent à repartir", avait-il déclaré.

PSA a en effet renoué avec une légère progression des ventes (+1,8%) dans l'Empire du Milieu de janvier à mars. Par marque, les volumes écoulés par Citroën en Chine ont bondi de 40,6%. Cependant, ceux de Peugeot ont encore baissé de 13,6%, alors que la marque aux aspirations haut de gamme DS a continué de s'effondrer, avec 57,7% d'unités vendues en moins par rapport à la même période de l'an dernier.

"Cela va prendre du temps avant que (l'activité en Chine) ait un impact positif significatif sur nos comptes de résultat", a reconnu Jean-Baptiste de Chatillon, directeur financier du groupe PSA, lors d'une conférence avec des analystes.

- PSA progresse en Europe -

Sur le marché européen, le succès de nouveaux produits, notamment le 4x4 urbain Peugeot 3008, a permis d'augmenter de 0,7 point la part de marché de Peugeot Citroën DS, avec des ventes en hausse de 8,7%, grâce en particulier à la marque au lion (+11,9%).

En ajoutant les volumes d'Opel et Vauxhall, les ventes ont bondi de 65,7%, à 770.958 unités, en Europe, de très loin le plus gros marché du groupe.

Les ventes ont progressé de 6,4% sur la zone Moyen-Orient et Afrique, et de 12,3% en Amérique latine.

Elles ont également augmenté de 33,6% dans la région Inde-Pacifique et de 12,6% en Eurasie, dans des volumes toutefois beaucoup plus faibles.

Au niveau mondial, les volumes de Peugeot ont progressé de 7%, contre une hausse de 6,4% pour Citroën, mais une baisse de 6,7% pour DS.

M. de Chatillon a salué "un début d'année prometteur", avec une "croissance régulière" des ventes. Les chiffres sont "très équilibrés entre les différentes marques Peugeot, Citroën et DS, entre les voitures particulières et les utilitaires, entre l'Europe et le reste du monde", a-t-il affirmé.

- Redressement d'Opel "en bonne voie" -

PSA a déjà largement dépassé les objectifs de son plan stratégique Push to Pass, qui prévoyait une croissance de 10% du chiffre d'affaires du groupe entre 2015 et 2018 et une marge opérationnelle courante supérieure à 4,5% pour la division automobile sur la période 2016-2018.

Le deuxième constructeur automobile européen après Volkswagen avait annoncé pour l'année 2017 un bénéfice net record de 1,9 milliard d'euros, malgré le rachat d'Opel Vauxhall, filiale européenne en difficulté de l'américain General Motors. Cette division continue de peser sur la rentabilité de PSA.

"L'exécution rigoureuse du plan stratégique Push to Pass et du plan de redressement d'Opel Vauxhall permettra de faire de cette excellente performance une base solide pour le futur", a affirmé Jean-Baptiste de Chatillon, directeur financier du groupe PSA, en commentant les chiffres du premier trimestre.

"Le redressement est en bonne voie", a assuré M. de Chatillon, alors que des discussions difficiles sont en cours avec les syndicats allemands d'Opel au sujet notamment de réductions d'effectifs.

Vos commentaires