En ce moment
 

Pyrénées: la neige arrive enfin, la saison de ski est lancée

Pyrénées: la neige arrive enfin, la saison de ski est lancée
Un skieur dans la station Les Angles, dans les PyrénéesRAYMOND ROIG

"On va enfin pouvoir lancer vraiment la saison": avec de gros cumuls de neige annoncés jusqu'à jeudi, les stations de ski des Pyrénées retrouvent le sourire, après un début de saison marqué par un déficit d'enneigement record.

"C'est un gros coup qui devrait rattraper en peu de temps le déficit que l'on a à toutes les altitudes", explique à l'AFP Dominique Vrécourt, prévisionniste à Météo-France à Tarbes.

"En moins de 48 heures, on aura des cumuls de l'ordre de 1m à 1m50. Ces quantités ne sont pas anodines du tout. On va temporairement être au-dessus des moyennes de saison. Pour toutes les stations de ski, ça va être un épisode assez dur à gérer", indique-t-il.

"On est sur le pied de guerre, confirme Arnaud Libilbehety, le directeur de la station de ski de Luz-Ardiden (Hautes-Pyrénées). On va même faire une opération +commando bivouac+".

"On va faire dormir les équipes en haut de la station pour qu'elles puissent être à pied d’œuvre et sécuriser les zones avalancheuses au-dessus de la route d'accès", précise-t-il.

"Quand on a de gros cumuls qui tombent sur des pentes où il n'y a pas beaucoup de neige, il vaut mieux purger les avalanches préventivement. Un mètre de neige d'un seul coup, ça fait de gros volumes. Il nous faut des moyens importants", selon lui.

"Tant qu'on ne l'a pas vue, on est prudents ! Pendant 3 semaines, on nous annonçait la neige et trois jours avant la précipitation, c'était décalé de plusieurs jours", ironise de son côté Georges Vignaux, qui dirige 4 stations ariègoises, dont le plateau de Beille.

- "Faim de neige" -

"Mais toutes les équipes sont prêtes. On va enfin pouvoir lancer la saison. Les gens ont faim de neige. Et puis, on va enfin pouvoir effectuer normalement les embauches dans la semaine pour les gens qui étaient restés sur le carreau", ajoute-t-il.

"On retrouve le sourire, poursuit Arnaud Libilbehety. On peut espérer sauver la saison s'il y a de beaux week-ends et de belles conditions météo, notamment pendant les vacances de février".

"On vend du plaisir et du rêve. S'il n'y a pas de décor, s'il n'y a pas le fond de scène, ce n'est pas ça, parce que depuis Bordeaux ou Pau, si les gens ne voient pas la montagne enneigée, ils n'ont pas l'impression de pouvoir skier dans de bonnes conditions", selon lui.

Début janvier, la moitié des stations pyrénéennes étaient à l’arrêt, faute de neige. Le niveau d'enneigement avait atteint son plus bas niveau depuis 22 ans.

La quasi-totalité des stations sont désormais ouvertes et les rares domaines encore fermés devraient bientôt être accessibles, à l'image d'Artouste (Pyrénées-Atlantiques), dont l'ouverture est prévue samedi.

Le massif pyrénéen représente environ 10% des parts de marché du ski en France, un des plus importants au monde avec les Etats-Unis et l'Autriche.

Il draine essentiellement une clientèle régionale ou espagnole. L'épaisseur de neige dans les Pyrénées pourrait diminuer de moitié et les températures maximales moyennes augmenter de 1,4 à 3,3 degrés d'ici à 2050, selon l'Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique (OPCC).

Vos commentaires