Faute d'accord sur le Brexit, quels impacts pour les entreprises wallonnes?

Les députés britanniques se prononcent ce soir sur l'accord sur le Brexit négocié entre la première ministre Theresa May et l'Union européenne.

Ce mardi, le Parlement britannique se soumet à un vote crucial sur le Brexit qui pourrait ouvrir une nouvelle période d'incertitude économique et créer des soubresauts sur les marchés. Olivier de Wasseige, administrateur délégué de l’Union Wallonne des Entreprises était invité à intervenir dans le RTLinfo 13 heures. En cas de ‘no-deal’, c’est-à-dire s’il n’y a pas d’accord sur le Brexit, quelles conséquences cela pourrait avoir sur les entreprises belges ? "Différentes estimations ont été faites. La Grande-Bretagne est le quatrième marché exportateur de la Belgique, avec 20 milliards d'euros. Pour la Wallonie, c’est notre cinquième marché avec 2,2 milliards et demi. Cela représente 6% de nos exportations. Ce n’est évidemment pas négligeable", fait savoir Olivier de Wasseige.  

L’annonce de ce Brexit ne date pas d’hier. Alors, les entreprises wallonnes sont-elles prêtes à ce qu’il n’y ait pas d’accord sur le Brexit ? "Nous avons tout fait pour les préparer. Nous pensons qu’elles ont déjà anticipé en partie ce dont elles étaient victimes. On espère qu’elles en ont bien mesuré l’impact car à côté de ces exportations directes, on estime qu’il y a à peu près 2% qui passent vers la Grande Bretagne via d’autres pays. Les entreprises wallonnes étant exportatrices vers la France qui utilise les produits vers d’autres composants qui repartent vers la Grande Bretagne. Il y a environ 1000 entreprises wallonnes qui sont aujourd’hui exportatrices vers la Grande Bretagne."

On parle beaucoup des exportations, mais quid des importations, les produits qui arrivent depuis la Grande Bretagne. "Nous sommes importateurs pour environ en Wallonie un gros milliard par an et une dizaine de milliards pour l’ensemble de la Belgique. L’impact le plus important concerne les entreprises wallonnes ou belges qui utilisent des produits qui viennent de Grand Bretagne, dans la composition de leur produit.  Si on a un ‘no-deal’, ça deviendra un pays tiers. Par rapport aux produit du marquage CE, les produits venant de Grande Bretagne ne correspondront plus à la norme CE. Il est nécessaire que les entreprises belges et particulièrement wallonnes se mettent en chasse de nouveaux distributeurs dans le cas où on aurait ce ‘no-deal’ car à ce moment-là, tous les produits avec des composants venant de Grande Bretagne n’aurait plus le marquage CE."  

Vos commentaires