En ce moment
 

Radio France perd son n°2, pressenti pour diriger Europe 1

Radio France perd son n°2, pressenti pour diriger Europe 1
Laurent Guimier, directeur délégué aux antennes et aux contenus de Radio France, lors d'une conférence de presse le 26 août 2015 à ParisKENZO TRIBOUILLARD

Chaises musicales chez les dirigeants de radios: Laurent Guimier, numéro 2 de Radio France, a quitté le groupe vendredi, avant sa probable nomination à la tête d'Europe 1, qui peine à redresser ses audiences et où il est pressenti pour succéder à autre ancien de la Maison de la radio.

Son départ a été officialisé par la nouvelle présidente de Radio France, Sibyle Veil, dans un message aux salariés du groupe public.

Laurent Guimier "a décidé d'entreprendre un nouveau projet professionnel", a expliqué Mme Veil, dans son message aux salariés, en précisant qu'elle les tiendrait informés "la semaine prochaine" de "la succession qui sera mise en place".

Contacté par l'AFP, M. Guimier a confirmé son départ, sans autres commentaires. "Merci à toutes les équipes de la maison ronde, bonne chance à Sibyle Veil et vive la radio !", a-t-il indiqué sur Twitter.

Mme Veil a elle-même été nommée il y a un mois à la tête de Radio France par le CSA, en remplacement de Mathieu Gallet, révoqué suite à une condamnation pour "favoritisme" lorsqu'il dirigeait l'Ina et dont il a fait appel.

Ce départ était attendu, le nom de M. Guimier circulant avec insistance depuis plusieurs semaines pour remplacer un autre ancien haut cadre de Radio France, Frédéric Schlesinger, actuel vice-PDG d'Europe 1.

Ce dernier avait été débauché il y a tout juste un an par le groupe Lagardère, propriétaire de la station, dans l'espoir de redresser ses audiences. Mais sa stratégie consistant à renouveler en profondeur la grille de la radio privée, en s'appuyant sur Patrick Cohen, ex-présentateur de la matinale de France Inter qu'il avait emmené dans ses bagages, tarde à porter ses fruits.

- Redresseur de franceinfo -

Les audiences d'Europe 1 ont en effet continué à baisser, atteignant leur plus bas historique en fin d'année dernière (6,6% d'audience cumulée en novembre/décembre). Si la station a connu un léger mieux début 2018 (6,8% d'audience cumulée), ce score reste en baisse sur un an (-0,9 point) et Europe 1 se retrouve reléguée à la septième place des radios nationales, devancée par France Bleu et RMC.

Selon La Lettre de l'Expansion, Laurent Guimier serait embauché pour diriger le pôle news de Lagardère Active (qui regroupe le Journal du dimanche, Europe1 et Paris Match), filiale récemment réorganisée par le groupe pour faciliter des cessions dans les médias, dont celle récemment annoncée du magazine Elle, vendu à un investisseur tchèque.

Pour le groupe Lagardère, Laurent Guimier présente de nombreux atouts. Il a démarré sa carrière comme journaliste à Europe 1, et après avoir notamment dirigé le site du Figaro puis l'information numérique de Lagardère Active, il était entré à Radio France en 2014, avec pour mission de relancer l'audience de franceinfo puis de mener à bien sa transformation en un "média global" (associant radio, télé et internet) avec le lancement d'une chaîne en 2016.

Un objectif brillamment rempli: la radio d'info en continu, qu'il a recentré sur son identité d'origine (l'actualité brûlante, plutôt que les chroniques thématiques) a gagné plus de 3 points sous son égide et doublé Europe 1, grimpant à plus de 11% d'audience cumulée au printemps 2017, avant qu'il ne soit promu directeur délégué aux antennes et aux contenus.

Son arrivée chez Lagardère ne devrait pas tarder à être officialisée, pour qu'il puisse commencer au plus vite à constituer la grille d'Europe 1 pour la rentrée prochaine.

La semaine dernière, Arnaud Lagardère, le patron du groupe, avait indiqué devant les actionnaires de la société qu'il resterait président d'Europe 1, mais qu'un changement d'équipe serait annoncé dans "quelques jours, voire une semaine ou deux".

Vos commentaires