En ce moment
 
 

Record de touristes en France en 2018 malgré les grèves et les "gilets jaunes"

Record de touristes en France en 2018 malgré les grèves et les
Coucher de soleil sur le pont Alexnadre III à Paris, en mars 2019Philippe LOPEZ

Les hébergements français ont fait le plein de touristes en 2018, une fréquentation record qui aurait pu être encore meilleure sans les grèves du printemps dans les transports et surtout les "gilets jaunes", dont les manifestations ont affecté l'hôtellerie en décembre, indique l'Insee mardi.

L'ensemble des hébergements touristiques collectifs de l'Hexagone - des hôtels aux campings, en passant par les villages-vacances et auberges de jeunesse - ont enregistré un total de 438,2 millions de nuitées l'an dernier, soit 9 millions de plus qu'en 2017.

L'Institut national de la statistique met en avant "un nouveau record de fréquentation, malgré une année marquée par des mouvements sociaux importants d'ampleur nationale à deux reprises", soit les grèves dans les transports aériens et ferroviaires au deuxième trimestre, puis le mouvement des "gilets jaunes" à partir de mi-novembre.

Ces manifestations parfois violentes organisées tous les samedis ont cependant eu un net impact sur la fréquentation hôtelière en décembre, qui s'inscrit en recul de 1,1% sur l'ensemble du territoire, et de 5,3% à Paris, selon les données de trois enquêtes nationales compilées par l'Insee.

"2018 a été une très bonne année, qui aurait pu être excellente sans l'impact des +gilets jaunes+ fin novembre et en décembre", résume à l'AFP Franck Delvau, co-président pour Paris et l'Ile-de-France de l'Umih, principale organisation professionnelle dans l'hôtellerie.

Ce sont principalement les visiteurs étrangers qui sont à l'origine de ce record de fréquentation: leurs nuitées bondissent de 5,4%, contre un petit +0,8% du côté des touristes français - qui continuent de représenter 62% des clients des hôtels de l'Hexagone.

Les plus fortes croissances sont celles des clientèles italienne (+13,2% de nuitées supplémentaires), espagnole (+11%) et allemande (+9,4%).

Au cours de l'année 2018, l'hôtellerie est restée le premier mode d'hébergement collectif dans l'Hexagone, "malgré la concurrence des hébergements individuels proposés par des particuliers via des plateformes internet", comme Airbnb ou Abritel dit l'Insee, qui ne les recense pas.

- pour 2019, le Brexit inquiète -

Au Splendid, un hôtel de charme 4 étoiles indépendant de 62 chambres, le plus vieux de Cannes (1871), situé sur la Croisette, 2018 a été "une année satisfaisante, meilleure que 2017 mais pas exceptionnelle", rapporte à l'AFP le directeur commercial, Gérald Pisano.

"Notre taux d'occupation est passé de 73,76% à 74,34%. Notre clientèle est assez internationale, nous avons beaucoup d'Italiens, d'Allemands, de Suisses, et mai et septembre ont été excellents", détaille-t-il.

"Mais en décembre nous avons eu une grosse chute de fréquentation à cause du mouvement des +gilets jaunes+ qui a été catastrophique pour l'image de la France: les gens ont peur, ils réservent moins", explique M. Pisano: le taux d'occupation du Splendid est ainsi tombé à 53% contre 66% en décembre 2017.

Autre type d'hébergement prisé des vacanciers, le camping (+0,8% de nuitées) avec un engouement plus important pour les emplacements équipés (mobile-homes, chalets, bungalows, tipis et yourtes) que pour les emplacements "nus" où l'on plante sa tente.

"Nous avons fait une excellente année, avec +19% de croissance, mais ça aurait été encore mieux si on n'avait pas eu les grèves dans les transports qui ont pesé sur l'activité au printemps", résume à l'AFP Céline Bossanne, co-fondatrice du groupe Huttopia qui exploite 37 campings en France.

"Des réservations ne se sont pas faites, en particulier au niveau des clientèles étrangères qui dès qu'on parle de mouvements sociaux, fuient à vitesse grand V", résume-t-elle.

Concernant l'année 2019, alors que les touristes britanniques sont venus plus nombreux l'an dernier dans l'Hexagone (+5,8%) où ils constituent la première clientèle étrangère des hôtels, une certaine inquiétude pointe chez les professionnels à la veille d'un Brexit aux modalités toujours incertaines.

Au Splendid de Cannes, les vacanciers venus d'outre-Manche représentent la deuxième clientèle étrangère avec près de 10% des nuitées en 2018: "Notre hôtel leur plaît, ce sont des habitués qui viennent beaucoup l'été. Nous sommes inquiets, le Brexit c'est l'inconnu", dit Gérald Pisano.

Vos commentaires