En ce moment
 
 

Recours à des enfants influenceurs: l'UFC-Que Choisir porte plainte contre McDonald's

Recours à des enfants influenceurs: l'UFC-Que Choisir porte plainte contre McDonald's
L'UFC-Que Choisir porte plainte contre McDonald's pour son recours de manière illégale à des enfants influenceurs pour sa publicitéKenzo TRIBOUILLARD
 
 

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé mercredi avoir porté plainte contre McDonald's France pour "pratiques commerciales trompeuses": elle l'accuse de recourir de manière illégale à des enfants influenceurs pour sa publicité, ce que le géant de la restauration rapide conteste.

L'UFC-Que Choisir relève le cas de jeunes influenceurs qui mettent en avant les produits McDonald's sur les réseaux sociaux, en citant directement la chaîne de restaurants, sans mentionner l'existence d'un partenariat commercial, dans sa plainte déposée lundi.

"Or, dissimuler la nature publicitaire d'un message, laissant ainsi croire, à la communauté d'un influenceur, à un conseil désintéressé, est une pratique commerciale trompeuse sanctionnable", rappelle l'association dans un communiqué publié mercredi.

Pour McDonald's, il s'agit d'une "plainte abusive, à destination médiatique, qui ne reflète absolument pas la nature de [ses] pratiques", a-t-il déclaré dans une réaction transmise à l'AFP. Le groupe a indiqué qu'il réfléchissait à déposer une plainte "pour poursuite abusive".

Une affaire similaire a valu à l'influenceuse et star de la télé-réalité Nabilla Benattia-Vergara une amende de 20.000 euros pour avoir fait la promotion de services boursiers sur Snapchat, sans mentionner qu'elle était rémunérée pour cela.

"La perfidie d'un tel manque de transparence s'accroît si la communauté ciblée est composée d'enfants, moins armés que les adultes face à des messages publicitaires cachés", estime l'UFC-Que Choisir.

En avril dernier, McDonald's avait déjà assuré à l'association "ne jamais réaliser aucun partenariat avec des mineurs âgés de 17 ans ou moins, ou [avec] des parents mettant exclusivement en avant leurs enfants sur leur chaîne".

Le groupe dit avoir également "proposé à plusieurs reprises des échanges pour répondre à toutes les questions de l'association de consommateurs", sans succès.

Sans se prononcer dans le détail de ce dossier, le président (LREM) de la commission des Affaires culturelles et de l’Education de l’Assemblée nationale, Bruno Studer, a demandé dans un communiqué "la limitation des placements de produits et des partenariats" dans "les vidéos créées par les utilisateurs des plateformes".

Un décret est attendu du ministère de la Culture, en application de la directive européenne SMA (service de médias audiovisuels): le député en attend un devoir de respect des "règles déontologiques". "Les communications commerciales audiovisuelles ne doivent pas directement inciter les enfants à acheter des biens et services", plaide-t-il.

M. Studer est l'auteur de la loi d'octobre 2020 visant à encadrer les vidéos mettant en scène sur internet des enfants "influenceurs". Mais elle vise "la protection des enfants qui figurent devant la caméra et non celle – toute aussi importante – des enfants qui se trouvent derrière leurs écrans", explique-t-il.


 




 

Vos commentaires