Réduction du déficit: il "reste un chemin important à faire" selon Le Maire

Réduction du déficit: il
"Nous avons tenu nos engagements", a estimé sur France Info Bruno Le MaireEitan ABRAMOVICH

Le ministre des Finances Bruno Le Maire s'est félicité lundi de la réduction du déficit public, ramené en 2017 à 2,6% du PIB, tout en estimant qu'il restait "un chemin important à faire" pour assainir les comptes publics.

"Nous avons tenu nos engagements", a estimé sur France Info M. Le Maire, qualifiant de "bonne nouvelle" le retour du déficit sous la barre fatidique des 3% du produit intérieur brut (PIB) exigée par les traités européens.

"C'est la preuve que la stratégie qui a été définie par le président de la République en matière de réduction de la dépense publique, de redressement des comptes publics et de croissance est la bonne", a-t-il ajouté.

Un message relayé sur twitter par Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics. "Pour la première fois depuis longtemps, la France atteint son objectif de sortie des 3% de déficit", a-t-il écrit, évoquant une "excellente nouvelle".

D'après l'Insee, le déficit public a reculé de 0,8 point l'an dernier, pour s'établir à 2,6% du PIB, à la faveur notamment d'une forte progression des rentrées fiscales, dopées par le retour de la croissance. Le déficit public tourne autour de 1% dans la zone euro.

"La croissance explique ces bons résultats" mais aussi "les décisions courageuses que nous avons prises" en matière de dépenses publiques, a estimé sur France Info Bruno le Maire, citant "la réduction des aides au logement" et la baisse "du nombre d'emplois aidés".

Le ministre a cependant mis en garde contre tout triomphalisme, estimant qu'il restait "un chemin important à faire" pour rétablir l'équilibre des comptes publics.

"2,6%, ça reste un déficit, ça veut dire que nous continuons de dépenser trop d'argent. Et comme dirait Lapalisse, tant que nous ne sommes pas en excédent, nous sommes en déficit", a-t-il souligné, en rappelant que la dette publique française continuait d'augmenter.

"La dette est un poison lent sur l'économie française et sur les français (...) La réduction de la dette, ça doit être un objectif prioritaire pour le gouvernement, pour les Français, car demain, ce seront nos enfants qui paieront".

D'après l'Insee, la dette publique a atteint 97% du PIB fin 2017, contre 96,6% fin 2016. En valeur absolue, la dette est désormais de 2.218 milliards d'euros, soit 66 milliards de plus qu'en 2016 (2.152 milliards).

Vos commentaires